Lione all'italianaFin 2013, j’ai publié, aux éditions Lieux Dits, Lyon à l’italienne : deux siècles de présence italienne dans l’agglomération lyonnaise.

Avec mon éditeur, nous avons été très heureux de voir l’accueil chaleureux qu’il a reçu, notamment de la part des immigrés italiens de la région lyonnaise, et de leurs enfants.
C’est pourquoi nous avons décidé de publier une édition en italien pour que le livre puisse  être lu dans la langue de Dante et offert aux familles restées en Italie.

Pour nous aider à réaliser l’ouvrage Lione all’italiana, qui nous demande un gros investissement financier, nous avons besoin de votre soutien. Nous venons donc de lancer un « crowdfunding » sur le site Kiss Kiss Bank Bank qui permet de collecter des fonds en toute sécurité pour financer un projet :

Consultez la page de notre appel à collecte

Les dons peuvent être minimes (à partir de 5 euros) et chaque aide sera la bienvenue. Pour autant, plus votre don sera important, plus la contrepartie sera intéressante. Par exemple :

  • Pour un don de 20 euros, votre nom apparaîtra sur notre site en tant que contributeur ET vous recevrez un lot de cartes postales « Lione all’italiana » pour écrire à votre famille en Italie !
  • Pour un don de 40 euros, votre nom apparaîtra sur notre site, vous recevrez un lot de cartes postales ET votre nom apparaîtra aussi en fin d’ouvrage à la page « Remerciements ».
  • Pour un don de 80 euros, votre nom apparaîtra sur notre site, en fin d’ouvrage, vous recevrez un lot de cartes postales ET le beau livre Lione all’italiana !

Vous pouvez dés maintenant soutenir ce projet financièrement , ou tout simplement diffuser l’information à votre entourage et à toutes les personnes et collectivités qui pourraient nous soutenir. Vous pouvez aussi diffuser l’information en Italie en envoyant le lien de la présentation du projet en italien.

Si cette collecte de fonds est un succès, Lione all’italiana sera en vente dès Octobre 2016 !

Grazie

Du pisé au béton armé à LyonLe Samedi 14 novembre 2015 à 15h, je vous invite à une conférence que je ferai à l’Espace citoyen de la Mairie du 8e arrondissement :

Du pisé au béton armé : Les grands chantiers lyonnais du XXe siècle

Depuis le milieu du 19e siècle les méthodes de construction ont connu de très fortes évolutions dans notre agglomération.
Se pencher sur les chantiers lyonnais du 20e siècle peut nous permettre de mieux comprendre les techniques constructives mises en œuvre, certaines héritées de lointaines traditions régionales, tel le pisé, d’autres nées d’évolutions technologiques plus récentes, comme le béton armé, et d’appréhender ainsi, au-delà de l’approche architecturale classique, l’évolution du bâti de notre agglomération.

Les grands chantiers lyonnais,et particulièrement ceux de la coopérative L’Avenir, emblématique entreprise de BTP, peuvent nous permettre de saisir le développement rapide de l’usage du béton et son histoire particulière à Lyon.
L’étonnante iconographie constituée par L’Avenir nous conduira dans l’intimité des ouvriers du bâtiment.

Télécharger le dépiant de présentation de la conférence
En savoir plus sur l’exposition « Sacré béton » organisée par le Musée urbain Tony Garnier

Espace citoyen – Mairie du 8e arrondissement
12, avenue Jean-Mermoz 69008 Lyon

Entrée gratuite dans la limite des places disponibles

L’association Mémoire Rhône-Alpes organise, sous la direction de Claude Pennetier, directeur du Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier et du mouvement social, la table ronde

« Mémoire(S) du mouvement ouvrier à Villeurbanne »

Elle aura lieu mercredi 4 mars de 14 à 17 heures au Rize à Villeurbanne (23, rue Valentin Haüy) :

  • Claude Pennetier : Ouvriers et militants du mouvement ouvrier de Villeurbanne
  • François Ménétrier : 1909-1939: aperçu des premières années du syndicalisme des personnels communaux de Villeurbanne
  • Alain Bujard : Villeurbanne: la solidarité ouvrière et les Brigades internationales à l’heure de la guerre d’Espagne
  • Nathalie Viet-Depaule : La solidarité ouvrière et les prêtres ouvriers villeurbannais.

Pour en savoir plus

Maitron - Dictionnaire biographique que mouvement ouvrier

ASEIAprès les quelques pistes générales pour rechercher des ressources et des informations sur l’histoire de l’immigration en France (voir les 4 billets précédents), voici quelques données concernant spécifiquement l’histoire de l’immigration italienne.

Il n’y a plus de centre de recherches spécifiquement dédié à cette histoire en France depuis la disparition du Centre d’étude et de documentation de l’émigration italienne (CEDEI). Aussi, l’essentiel des indications concerneront des centres de ressources installés en Italie et des sites en italien.

Les informations proposées sont loin d’être exhaustives mais constituent un premier ensemble de pistes. Si vous voyez des oublis flagrants, n’hésitez pas à me le signaler. Bonne lecture !

———————

Centres de recherche et musées de l’émigration italienne :

CEDEI (Centre d’étude et de documentation de l’émigration italienne)
Centre de recherche français, née en 1983 et aujourd’hui disparu, qui a mené un travail de recherche très important sur l’immigration italienne en France. Le site, toujours en ligne mais plus mis à jour, propose encore de nombreuses informations et ressources intéressantes.

Centro Studi Emigrazione Roma
Centre de recherche et centre de documentation né en 1963 et consacré aux migrations, en particulier à l’émigration italienne.
Son catalogue est consultable en ligne
Il fait partie de la fédération des centres de recherche scalabriniens sur les migrations tout comme le CIEMI (Paris) dont j’ai parlé dans mon premier billet et qui est, lui aussi, riche en documentations sur l’immigration italienne. La congrégation des Scalabriniens, créée dans la 2e moitié du 19e siècle, avait au départ pour rôle d’offrir un service pastoral, d’aide et d’éducation aux migrants italiens. Aujourd’hui, son action s’adresse à l’ensemble des migrants.

Fondazione Paolo Cresci per la storia dell’emigrazione italiana
A la fois musée de l’immigration, centre de ressources, bibliothèque, la Fondazione Paolo Cresci offre de nombreuses ressources en ligne, des numérisations de documents et une exposition virtuelle.
Son catalogue est consultable en ligne

Museo nazionale della emigrazione italiana (Roma)
Le grand musée de l’émigration italienne que l’on peut visiter gratuitement à Rome. Il propose un site offrant quelques ressources et une intéressante liste d’associations d’émigrants italiens dans le monde.

Studi emigrazione - CSER

Centro studi permanente sull’emigrazione / Museo dell’emigrante (Republica di San Marino)
La République de San Marin a, elle aussi, un musée et un centre de ressources sur l’immigration

Museo regionale dell’emigrazione « Pietro Conti » – Centro di ricerca sull’emigrazione italiana
Un musée régional mais à vocation nationale qui propose, en particulier « Emigrazione magazine », portail dédié à l’actualité concernant l’immigration italienne dans le monde (nouvelles publications, expositions, news…).

ASEI : Archivio Storico dell’Emigrazione Italiana
Centre créé autour de la revue Archivio Storico dell’Emigrazione Italiana. Son site web diffuse de nombreuses informations sur l’histoire de l’immigration italienne.

Centro Altreitalie sulle Migrazioni Italiane
Ce centre de recherche, créé en 2005 par la Fondazione Giovanni Agnelli, propose de nombreuses informations et ressources.

Rapporto Italiani nel mondo
Sur les Italiens dans le monde au 21e siècle, des rapports annuels réalisés par la Fondazione Migrantes. Les synthèses des rapports sont accessibles librement en ligne.

 Musées régionaux de l’émigration italienne :

Quelques musées régionaux consacrés à l’émigration italienne à l’échelle régionale et proposant des ressources en ligne :

La Trace - CEDEI

 Revues :

Altreitalie
Revue internationale créée en 1989 par le Centro Altreitalie sulle Migrazioni Italiane. Elle est exclusivement consacrée à l’étude des migrations italiennes dans le monde. Une partie des articles est disponible en ligne (mais en accès payant pour les numéros les plus récents).

Archivio Storico dell’Emigrazione Italiana
La revue la plus récente consacrée à l’histoire de l’émigration italienne puisqu’elle est née en 2005. Une partie des articles est consultable en ligne.

Studi emigrazione
Revue publiée par le Centro Studi Emigrazione Roma (CSER) depuis 1964. Le sommaire des différents numéros est accessible sur le site de la revue. Tous les numéros ne sont pas consacrés à l’immigration italienne mais elle y tient une place importante.

La Trace
Revue du CEDEI publiée entre 1988 et 2003. Le sommaire des différents numéros est accessible depuis le site du CEDEI.

Bibliographies et archives :

  • Bibliografia Altreitalie
  • Numéros spéciaux de la revue Studi emigrazione consacrés à des recensions bibliographiques
  • Michele Colucci et Matteo Sanfilippo, Les Archives italiennes pour l’histoire de l’émigration italienne (accessible sur le site de Génériques)
  • Michele Colucci et Matteo Sanfilippo, Guida allo studio dell’emigrazione italiana, Viterbo : Sette città, 2010, 129 p.
  • Mauro Reginato, Patrizia Audenino, Carlo A. Corsini, Paola Corti (ss dir.), Emigrazione piemontese all’estero : rassegna bibliografica, Turin, Regione Piemontese, 1999, 836 p.

Revue DiasporasDepuis le début de l’année, j’essaie de proposer une série de billets recensant un certain nombre de ressources concernant l’histoire et les mémoires de l’immigration en France disponibles en ligne ou dans des centres de ressources nationaux ou locaux.

Après avoir signalé un certain nombre de ressources à l’échelle nationale et régionale, après avoir signalé des guides pour la recherche en archives, voici un certain nombre de revues françaises ou francophones qui se consacrent soit complètement soit partiellement à la question des mémoires et de l’histoire de l’immigration.

N’hésitez pas à me signaler des ressources que j’aurais oubliées ! D’autres billets suivront pour enrichir ce recensement.

——————-

 Actes de l’histoire de l’immigration
Dirigée par l’historien Philippe Rygiel, cette revue a existé entre 2000 et 2009 et une large partie des articles sont consultables librement en ligne.

Diasporas
Diasporas aborde, dans le temps long, l’histoire des phénomènes diasporiques, des migrations, des minorités ethniques ou religieuses et des circulations qui s’y rattachent.

Écarts d’identité
Portant comme sous-titre « Mobilité, égalité, interculturalité », la revue Écarts d’identité est née en 1992 au sein d’une association Adate (Grenoble) pour faire suite à une revue appelée Les Autres. Elle se veut un espace où la réflexion et la pratique se nourrissent mutuellement. Elle fait dialoguer, de manière vivante, analyses et témoignages de chercheurs, de praticiens – associatifs et professionnels – et d’acteurs œuvrant pour une interculturalité citoyenne.

Ecarts d'identité

Hommes & migrations
Depuis plus de 40 ans, Hommes & Migrations diffuse des connaissances sur les migrations en France et dans le monde. Pluraliste et pluridisciplinaire, la revue confronte la réflexion des chercheurs à l’expérience des praticiens. Elle publie des dossiers thématiques sur les flux migratoires, les réalités de l’immigration, les politiques publiques, et le dialogue interculturel. Elle est publié par la Cité nationale de l’histoire de l’immigration.

Hommes & Migrations

Migrance
Créée en 1993, Migrance est une revue semestrielle consacrée à l’histoire de l’immigration en France et dans le monde. Grâce aux contributions que lui apportent des auteurs du monde universitaire, culturel, patrimonial et associatif, elle contribue au développement de la connaissance et de la réflexion de l’histoire de l’immigration.

Migrations Société
Créée en 1989, la revue Migrations Société est une publication bimestrielle portant sur l’actualité migratoire et ses implications sur la société. La revue puise son originalité dans un large éventail d’approches interdisciplinaires, dans une totale liberté et dans la pluralité idéologique, sur la base d’un regard international permettant de confronter les expériences des différents pays du monde.

Revue européenne des migrations internationales (REMI)
Lancée en 1985, REMI a pour vocation de publier les travaux de recherche, empiriques et théoriques, des différentes disciplines concernées par les migrations internationales et des relations interethniques.

REMI

Revue Migrations forcées
Revue Migrations Forcées est publiée en anglais, français, arabe et espagnol. Elle est disponible gratuitement en ligne. Elle est publiée par le Centre d’études sur les réfugiés de l’Université d’Oxford.

Un certain nombre des revues citées sont regroupées au sein de Revues-plurielles.org, un portail qui réunit des revues ayant pour trait commun de s’intéresser et de promouvoir l’interculturalité.

Parmi les revues destinées à un grand public, il faut aussi citer Radici, revue bimestrielle d’actualité, langue et culture italienne, qui consacre régulièrement des articles à l’immigration italienne en France

Guide BNFDans mes billets du 19 janvier et du 26 janvier, j’ai commencé à proposer des pistes pour trouver des ressources concernant l’histoire de l’immigration..
Parmi celles-ci, il y a, bien sûr, les archives conservées par les centres d’archives, des centres de documentation et certaines bibliothèques.
Pour les identifier et les localiser, des guides ont été réalisés, notamment par l’association Génériques, mais aussi par certaines institutions dépositaires de fonds importants concernant l’immigration.
Une partie importante des fonds recensés est dans des institutions parisiennes (Bibliothèques nationales de France, Archives nationales, Bibliothèque de Documentation Internationale Contemporaine) mais les guides consacrées à ceux conservés en région permettent d’accéder localement à des archives souvent très riches et malheureusement encore assez peu exploitées. Ces guides sont loin d’être exhaustifs mais ils permettent de se familiariser avec l’organisation des archives.

N’hésitez pas à me signaler tout guide d’archives et tout centre de ressources que j’aurais omis de citer.

Documents imprimés :

Génériques, Les étrangers en France, guide des sources d’archives publiques et privées XIX-XXes siècles, 4 tomes, Génériques-Direction des Archives de France, 1999-2005, 2408 p. (t. 1 à 3) et 883 p. (t. 4).

  • Tome 1 : Ain – Gard, 1999
  • Tome 2 : Haute-Garonne – Oise, 1999
  • Tome 3 : Orne – Val d’Oise, 1999
  • Tome 4 : Archives nationales, 2005

Jean-François Dubost, Les étrangers en France, XVIe siècle-1789 : guide des recherches aux Archives nationales, Paris : Archives nationales, 1993, 315 p.

Claude Collard, Des sources pour l’histoire de l’immigration en France de 1830 à nos jours : guide, Paris, France : Bibliothèque nationale de France, 2006, 427 p.

Documents en ligne :

Mireille Le Van Ho, BDIC , Guide des sources sur l’immigration en France disponibles à la BDIC, 141 p.
La Bibliothèque de Documentation Internationale Contemporaine (BDIC) est une bibliothèque spécialisée localisée à Nanterre qui conserve des fonds d’archives extrêmement riches sur l’histoire européenne du 20e siècle, les relatons internationales, les migrations, les droits de l’Homme, les conflits internationaux, etc.

Génériques, « Guide des archives privées de l’immigration » :

Revue Migrance :

Cette revue publiée par Génériques publie régulièrement des articles et des numéros spéciaux sur les ressources disponibles dans les archives publiques ou privées. La revue est au format papier mais certains articles sont consultables directement en ligne.
Citons, à titre d’exemple, quelques numéros consacrés exclusivement aux archives :

L‘association Les Inattendus propose une projection qui promet d’être très intéressante autour du thème :
 .
 Ville : Habitat social et habitat précaire
.;
Deux films seront proposés au cours de cette séance de cinéma qui aura lieu le mercredi 4 février à 19h30, salle des Rancy :
 .

Dix jours dans la ZUP Des Minguettes ou l’Amazonie est de l’autre côté de la rue
de Hélène Châtelain & Stéphane Gatti
France, 1973, Vidéo, 51′
En 1973, la « zone à urbaniser en priorité » des Minguettes était un quartier neuf. Les réalisateurs du film y ont mené une enquête auprès des habitants, les interrogeant sur leur expérience du quartier. Leurs sentiments sont récoltés sur le vif, une multitude de voix disent la diversité de ces sentiments et mettent en évidence les problèmes du quartier, et ce qui pouvait en devenir, mais aussi ce qui allait bien. Un film-document.

Planches, clous, marteaux
de Jérémy Gravayat
France, 2014, 16mm, 12′
« Où l’on construit, détruit, reconstruit, des abris… Sur le chemin d’un film bien plus long, autour de quelques fragments d’une histoire de l’habitat social et précaire à La Courneuve en Seine St Denis, nous enregistrons des récits, consultons des archives, tournons des images, recherchons des lieux, confectionnons un journal, une forme d’Atlas. » (Jérémy Gravayat)

La séance se déroulera en présence de Jérémy Gravayat, réalisateur du second film dont j’avais déjà parlé ici à l’occasion de la sortie de son œuvre précédente, Les hommes debout, et de Lucie Définot, membre du comité éditorial de la revue Z.
.
Entrée: 4€50
Salle des Rancy
249 Rue Vendôme, 69003 Lyon
Métro: Saxe-Gambetta