En écho à la conférence que j’ai faite en novembre 2009 sur les relations entre les syndicats ouvriers du bâtiment de Lyon et les étrangers entre 1870 et 1940 (et que vous pouvez écouter en allant sur cette page), je voudrais signaler la sortie d’un ouvrage de l’historien Gérard Noiriel sur les massacres d’Aigues-Mortes en 1893.
Le 17 août 1893, dans les marais salants d’Aigues-Mortes où la récolte du sel rassemblait des centaines de travailleurs français et italiens, s’est déroulé le plus sanglant « pogrom » de l’histoire française contemporaine : des émeutes entre ouvriers ont provoqué la mort d’au moins 8 d’entre eux et fait plus de 50 blessés – tous des Italiens – massacrés par des Français. En dépit des preuves accablantes réunies contre eux, les assassins furent tous acquittés. Cet événement a placé la France au ban des nations européennes et l’a conduite à deux doigts d’une guerre avec l’Italie. Finalement, afin de préserver la paix, les deux gouvernements ont préféré enterrer l’affaire. L’année suivante, à Lyon, après l’assassinat du président de la république Sadi-Carnot par un anarchiste italien, de nombreux magasins et ateliers italiens (environ 140) ont été pillés et, pour nombre d’entre eux, incendiés par des manifestants. De nombreux Italiens préférèrent quitter Lyon plutôt que de subir le sort de leurs compatriotes d’Aigues-Mortes.

Gérard Noiriel, directeur d’études à l’EHESS, est un spécialiste de l’histoire de l’immigration et de la question nationale et, pour moi, un des historiens les plus stimulants à l’heure actuelle. Dans son ouvrage, il explique pourquoi les mutations politiques et économiques de la fin du 19e siècle ont rendu un tel massacre possible. Comment les discours officiels sur la fierté d’être français ont-ils incité les laissés-pour-compte de la République à s’acharner contre les étrangers ? Comment le patronat, les militaires, les journalistes, les juges et les politiciens sont-ils parvenus à échapper à leurs propres responsabilités ?

Pour ceux qui voudraient aller plus loin sur ces questions, je conseille aussi la lecture de son ouvrage Immigration, antisémitisme et racisme en France (XIXe-XXe siècle), qui est paru en 2007. C’est un ouvrage assez dense mais d’un intérêt particulier pour l’étude de l’émergence et du développement du discours national en France.

Gérard Noiriel. Le massacre des Italiens : Aigues-Mortes, 17 août 1893, Fayard, 19 €.

Publicités