Villeurbanne, la laborieuseLa ville de Villeurbanne, contrairement à celle de Lyon, montre un véritable intérêt pour son passé industriel et ouvrier. Lyon semble vouloir ignorer cette part de son histoire (sauf, à la limite, celle qui a un lien avec Tony Garnier) et se concentrer sur un centre-ville transformé en usine à touristes. Villeurbanne, à l’inverse, essaie de  cultiver son héritage lié au développement usinier à partir de la fin du 19e siècle. La création du Rize, Centre mémoires et société, est lié à cette volonté et a permis de multiplier les actions autour de cette problématique.

La prochaine initiative de ce type prendra la forme d’une exposition qui promet d’être particulièrement intéressante, intitulée Villeurbanne, la laborieuse ? et dont voici la présentation :

L’histoire urbaine de Villeurbanne est fortement marquée par son industrialisation. Dès le 19e siècle, l’extension de la prospérité industrielle lyonnaise sur ses territoires ruraux voisins a littéralement engendré la ville qui en a profité pour asseoir son indépendance et forger son identité, en choisissant de brandir haut les valeurs des ouvriers venus s’installer dans le sillage des usines.
Aujourd’hui se pose justement la question de cette mémoire, de plus en plus diffuse, autant que des lieux qui la portent, ou ne la portent peut-être plus, dans une société contemporaine largement post-industrielle. L’image populaire de la ville subsiste, dans les perceptions des habitants comme dans les projets politiques des maires successifs. Mais l’on peut se demander comment les représentations collectives perdurent, au-delà de la durée de vie des lieux qui les ont façonnées. La visibilité amoindrie de cet héritage remet en cause la persistance réelle d’une identité industrielle villeurbannaise, certes fondatrice mais en passe d’être déconnectée de la réalité sociale.
Ce sont ces représentations d’une ville ouvrière que l’exposition Villeurbanne, la laborieuse ? souhaite interroger. À partir des fonds d’archives de la ville et de documents iconographiques uniques, l’exposition retrace l’histoire industrielle à Villeurbanne de la fin du 19e siècle à nos jours et propose un regard critique sur la construction de l’image de la ville. »

L’exposition se déroulera du 10 février au 14 mai au Rize (23, rue Valentin-Haüy – 69100 Villeurbanne) et sera accompagnée par une programmation culturelle variée : projections, rencontres et débats, spectacle jeune public, ateliers d’écriture, exploration urbaine… Je reparlerai de certaines de ces initiatives qui promettent d’être très stimulantes (venue de Michel Pialoux et Stéphane Beaud pour nous parler du mot « ouvrier », par exemple).

Publicités