Rue de la filature, dans le quartier des Poulettes (Villeurbanne)Lors d’un précédent billet que vous pouvez retrouver ici, j’ai parlé de la projection-débat à laquelle je vais participer intitulée Au coeur des Poulettes et qui aura lieu le jeudi 24 février à 19h au Rize, Centre mémoires et société (entrée libre).

Les Poulettes constituent un petit quartier de Villeurbanne qui a commencé à se développer à partir de la fin du 19e siècle autour des premières usines qui s’y sont implantées. La plus importante d’entre elles était l’usine Villard, une filature de schapppe (c’est-à-dire de déchets de soie) qui ouvre ses portes en 1899 et qui a dominé le quartier jusque dans les années 1930.

L'ancienne filature Villard, devenue ACI Villeurbanne

L’ancienne filature Villard, devenue ACI Villeurbanne

Le développement industriel s’est nourrie d’une main d’œuvre venue de l’extérieur, notamment d’Italie, qui a joué un rôle très important dans ce quartier. Venus pour la plupart de la région de Turin et de la province de Frosinone, ces transalpins ont donné une coloration particulière aux Poulettes. Un pavillon dans le quartier des PouletttesColoration renforcée par le fait que, bien que cerné par les usines, le quartier est, par contre, essentiellement constitué de petites maisons, de pavillons, de petits ateliers, de quelques immeubles sociaux de faible hauteur.

Pendant longtemps, les Poulettes ont fonctionné comme un « village urbain » peuplé d’une majorité d’hommes et de femmes arrachés de leur campagne d’origine pour travailler en usine et qui ont conservés des formes de sociabilité rurales tout en intégrant, peu à peu, les valeurs et les modes de vie du monde ouvrier français.

S’intéresser au Poulettes, c’est se pencher sur ce brassage de populations qui a donné le monde ouvrier du 20e siècle, sur les solidarités réelles qui s’y sont développées, sur les luttes sociales et politiques qui s’y sont déroulées et qui marquent encore l’espace du quartier.

Plaque en l'honneur de Luc Ricci, fusillé par les nazis (41, rue Fontanières)

Luc Ricci, résistant originaire de Roccasecca (commune italienne de la province de Frosinone). Plaque apposée sur la façade du 41 rue Fontanières

Publicités