Agglo lyonnaise


L’inauguration de l’exposition Lyon l’italienne aura lieu le mardi 15 avril à 18h30 aux Archives municipales de Lyon (1 place des Archives 69002 Lyon).

Vous y êtes tous et toutes invités.

invitation1

invitation2

En savoir plus sur l’exposition et le programme qui l’accompagne

 

Publicités

Voici quelques informations concernant mes prochaines interventions sur l’immigration italienne dans l’agglomération de Lyon :

Lyon à l’italienne  – Histoire et témoignages sur l’immigration italienne à Lyon
Mercredi 19 février 2014, 18h30, Bibliothèque de la Part-Dieu
Depuis deux siècles, des dizaines de milliers d’italiens sont venus dans l’agglomération lyonnaise pour y travailler et nombre d’entre eux s’y sont installés durablement.
Quelles a été l’histoire de cette immigration qui a pris fin au cours des années 1960 ? Comment a-t-elle marqué notre agglomération, notamment certaines communes et quartiers où les Italiens étaient nombreux ? Quelles étaient les relations entre Français et Italiens ? Comment la mémoire de cette immigration peut-elle se transmettre ?
Nous vous proposons d’échanger autour de ces questions, et bien d’autres, à l’occasion de la conférence – table-ronde qui réunira :

  • Ugo Iannucci, avocat et ancien bâtonnier de Lyon, fils de réfugié politique italien,
  • Angelo Campanella, président du COM.IT.ES (Comité des Italiens à l’étranger) de Lyon,
  • Danilo Vezzio, responsable du Fogolâr Furlan (association de Frioulans) de Lyon,
  • Jean-Luc de Ochandiano, historien et auteur de Lyon à l’italienne.

Lyon à l’italienne : deux siècles de présence italienne dans l’agglomération lyonnaise
Mercredi 19 mars 2014, 18h30, Salle du conseil à la Mairie de Caluire-et-Cuire
Conférence organisée par le Comité de Jumelage de Caluire-et-Cuire
Place du Docteur Frédéric Dugoujon, 69300 Caluire-et-Cuire

Lyon à l’italienne : conférence
Vendredi 4 avril, 18h30, Centre Culturel d‘Écully
Conférence organisée à l’occasion du Festival du film italien d’Écully qui se déroulera du 2 au 8 avril

Les Italiens à Lyon… et à Chaponost (19e-20e siècles)
Vendredi 11 avril 2014, 20h, Salle des fêtes de Chaponost
Conférence organisée par le Comité de Jumelage de Chaponost et l’association Histoire et Patrimoine de Chaponost
9 boulevard des Fleurs, 69630 Chaponost

Exposition « Lyon, l’italienne »
Mardi 15 avril –  Vendredi 20 décembre 2014 (date d’inauguration officielle à préciser)
Archives municipales de Lyon – 1 place des Archives, 69002 Lyon – 04 78 92 32 50 (Métro Perrache)
Un important programme culturel (conférences, journées d’études, spectacles, concerts, projections de films, visites guidées, ateliers) accompagnera cette exposition consacrée à l’immigration italienne dans l’agglomération de Lyon. Un programme sera disponible à la fin du mois de mars

Les Italiens de Lyon face à l’assassinat de Sadi Carnot en 1894
Lundi 19 mai 2014, 18h15, Archives municipales de Lyon

Conférence organisée par la Société d’histoire de Lyon
1 place des Archives, 69002 Lyon – 04 78 92 32 50 (Métro Perrache)

Plâtriers et mouleurs en plâtre italiens à Lyon : des compétences nouvelles pour un matériau nouveau
Mardi 17 juin 2014, Archives municipales de Lyon (heure à préciser)
Communication réalisée dans le cadre de la Journée d’étude, « Les Italiens dans l’ornementation à Lyon au 19e siècle » (programme définitif à venir)

Cette photographie a été prise rue Villeroy, à proximité de la place du Gabril Péri, au cours des années 1930.
À part le patron de café que l’on voit au centre de l’image, un des nombreux Limousins installés dans le quartier à cette époque, on n’en connaît pas les protagonistes. Mais cette image nous montre une rue appropriée par ses habitants, elle nous parle de plaisir partagé, au delà des différences nationales (la rue est alors habitée par de nombreux Italiens, Arméniens Algériens, Turcs, Grecs, etc.). Elle nous rappelle qu’une vie collective est possible avec l’apport de chacun.

Elle me semble être une bonne manière de dire :

Voeux pour 2014

MediagoraClaude Carrez, animateur de Mediagora, sur le réseau de radios RCF, a pris prétexte de la sortie du film de Valeria Bruni-Tedeschi, Un château en Italie, pour consacrer l’une de ses émissions à l’immigration italienne dans la région lyonnaise. Le jour de l’enregistrement, nous étions trois invités :

  • Ugo Iannucci, fils d’immigré antifasciste italien, né dans les baraques de Gerland et ancien bâtonnier de l’Ordre des Avocats de Lyon,
  • Gilbert Gardes, ancien chercheur au CNRS et fin connaisseur de l’histoire des populations de la Loire,
  • Moi-même, en tant qu’auteur de Lyon à l’italienne.

Cette émission de 55 mn a été un moment très chaleureux et un temps d’échanges intéressant. Elle peut constituer une bonne introduction à celles et ceux qui s’intéressent à l’histoire de l’immigration italienne dans la région. J’ai omis de signaler sa diffusion sur les ondes qui a eu lieu le vendredi 29 novembre. Mais vous pouvez la réécouter en ligne sans difficulté.

Accédez à l’émission en ligne

Par ailleurs, une émission sera aussi consacrée à l’immigration italienne dans l’agglomération lyonnaise sur Radio Pluriel (91.5 FM) le lundi 16 décembre de 19h à 20h. N’hésitez pas à l’écouter ou à la podcaster sur le site de la radio.

Madeleine et François AlloisioIl y a presque une vingtaine d’années, je rencontrai pour la première fois François et Madeleine Alloisio. François est un ancien menuisier, militant important du secteur du bâtiment dans les années 1950-80. Il a connu les anciens syndicalistes ouvriers du bâtiment de l’entre-deux-guerres et c’est à ce titre que je l’avais interviewé à l’époque. Mais nous avions déjà parlé de son parcours d’immigré italien, du quartier de la Gare, à Saint-Priest, où il a passé la plus grande partie de son enfance et où vivait aussi Madeleine Bobbio qui est devenue ensuite son épouse.

Depuis, nous nous sommes rencontrés à plusieurs reprises et, il y a quelques mois, nous avons repris notre dialogue, devant une caméra, avec l’aide de Charles Ramain, responsable de l’Institut d’histoire CGT du Rhône, et celle de Damien Prévost qui anime la rubrique italienne du site web La Clé des Langues et qui, pour cette occasion, tenait la caméra.

Consultez la vidéo sur La Clé des Langues

Vous pourrez ainsi découvrir deux figures ouvrières italiennes et lyonnaises de l’après-guerre liées au Parti communiste. François Alloisio, membre actif de l’INCA (Istituto Nazionale Confederale di Assistenza) s’est battu pour la défense des droits des travailleurs immigrés et particulièrement des  Italiens. Madeleine Alloisio, membre active de la CGT à Lyon, a aussi eu un fort engagement politique dans la commune de Saint-Priest. Tous deux nous parlent de la lutte syndicale, de l’antifascisme, de leurs victoires et du temps de la dernière grande vague d’immigration italienne.

Ma prochaine conférence sur l’immigration italienne aura lieu à la Bibliothèque de la Manufacture, à l’Université Lyon 3, le lundi 18 novembre à 18h30.

Entrée libre et gratuite.

Deux siècles d'immigration italienne dans l'agglomération lyonnaise

>> Plan d’accès à la bibliothèque sur le campus de la Manufacture.

Au moment où les bidonvilles ressurgissent dans les grandes agglomérations françaises, il est important de ne pas oublier qu’ils ont marqué certains espaces de nos villes jusque dans les années 1960. Phénomène qui n’est donc pas si ancien mais que l’on croyait définitivement éradiqué. Mais les inégalités croissantes, l’arrivée de nouvelles populations migrantes, le rejet des classes populaires de plus en plus loin des centre-ville remettent cette réalité à l’ordre du jour. C’est pour cela qu’il est important de se pencher sur l’histoire de ces quartiers de « baraques », cette « zone », ces « quartiers nègres », ces « bidonvilles » comme on les a appelés au cours du temps. Ils ont été très nombreux dans l’agglomération de Lyon et le plus connu d’entre eux est celui du Chaâba, popularisé par le roman d’Azouz Begag. Voilà donc un film particulièrement important pour mieux connaître, de l’intérieur, l’histoire de ce bidonville.

Le Chaâba, à la Feyssine, a été, de 1949 à 1965, le lieu de vie de plusieurs familles d’origine algérienne, venues en France au sortir de la Seconde Guerre mondiale pour travailler et participer à la reconstruction.
Le film retrace l’histoire de ces anciens habitants du Chaâba, et de leur implantation dans la cité de Villeurbanne. Comment ont-ils vécu cette histoire ? Quelles relations ont-ils eues avec les habitants voisins ? Comment ont-ils vécu la Guerre d’Algérie ? Que s’est-il passé lors de l’Indépendance ?
Chaâba, bidonville ou terre d’asile évoque un moment de l’histoire villeurbannaise dans ce qu’elle a de plus riche : l’accueil de la diversité. Retrouver la mémoire de ces femmes et de ces hommes, depuis leur origine jusqu’à leur devenir actuel, est une démarche patrimoniale, mais plus encore un enjeu pour demain. Car cette mémoire nous transmet des signes pour l’avenir, pour y créer et y pérenniser un lien social fort dans les différents quartiers.

Un film réalisé par Wahid Chaïb et Laurent Benitah,
initié par l’Interquartiers « Mémoire et Patrimoine » de Villeurbanne

Projection-débat en avant-première au Rize
23 rue Valentin Haüy 69100 Villeurbanne
samedi 16 novembre, 15h – Entrée gratuite
durée du film : 40 mn

« Page précédentePage suivante »