Bibliographie


ASEIAprès les quelques pistes générales pour rechercher des ressources et des informations sur l’histoire de l’immigration en France (voir les 4 billets précédents), voici quelques données concernant spécifiquement l’histoire de l’immigration italienne.

Il n’y a plus de centre de recherches spécifiquement dédié à cette histoire en France depuis la disparition du Centre d’étude et de documentation de l’émigration italienne (CEDEI). Aussi, l’essentiel des indications concerneront des centres de ressources installés en Italie et des sites en italien.

Les informations proposées sont loin d’être exhaustives mais constituent un premier ensemble de pistes. Si vous voyez des oublis flagrants, n’hésitez pas à me le signaler. Bonne lecture !

———————

Centres de recherche et musées de l’émigration italienne :

CEDEI (Centre d’étude et de documentation de l’émigration italienne)
Centre de recherche français, née en 1983 et aujourd’hui disparu, qui a mené un travail de recherche très important sur l’immigration italienne en France. Le site, toujours en ligne mais plus mis à jour, propose encore de nombreuses informations et ressources intéressantes.

Centro Studi Emigrazione Roma
Centre de recherche et centre de documentation né en 1963 et consacré aux migrations, en particulier à l’émigration italienne.
Son catalogue est consultable en ligne
Il fait partie de la fédération des centres de recherche scalabriniens sur les migrations tout comme le CIEMI (Paris) dont j’ai parlé dans mon premier billet et qui est, lui aussi, riche en documentations sur l’immigration italienne. La congrégation des Scalabriniens, créée dans la 2e moitié du 19e siècle, avait au départ pour rôle d’offrir un service pastoral, d’aide et d’éducation aux migrants italiens. Aujourd’hui, son action s’adresse à l’ensemble des migrants.

Fondazione Paolo Cresci per la storia dell’emigrazione italiana
A la fois musée de l’immigration, centre de ressources, bibliothèque, la Fondazione Paolo Cresci offre de nombreuses ressources en ligne, des numérisations de documents et une exposition virtuelle.
Son catalogue est consultable en ligne

Museo nazionale della emigrazione italiana (Roma)
Le grand musée de l’émigration italienne que l’on peut visiter gratuitement à Rome. Il propose un site offrant quelques ressources et une intéressante liste d’associations d’émigrants italiens dans le monde.

Studi emigrazione - CSER

Centro studi permanente sull’emigrazione / Museo dell’emigrante (Republica di San Marino)
La République de San Marin a, elle aussi, un musée et un centre de ressources sur l’immigration

Museo regionale dell’emigrazione « Pietro Conti » – Centro di ricerca sull’emigrazione italiana
Un musée régional mais à vocation nationale qui propose, en particulier « Emigrazione magazine », portail dédié à l’actualité concernant l’immigration italienne dans le monde (nouvelles publications, expositions, news…).

ASEI : Archivio Storico dell’Emigrazione Italiana
Centre créé autour de la revue Archivio Storico dell’Emigrazione Italiana. Son site web diffuse de nombreuses informations sur l’histoire de l’immigration italienne.

Centro Altreitalie sulle Migrazioni Italiane
Ce centre de recherche, créé en 2005 par la Fondazione Giovanni Agnelli, propose de nombreuses informations et ressources.

Rapporto Italiani nel mondo
Sur les Italiens dans le monde au 21e siècle, des rapports annuels réalisés par la Fondazione Migrantes. Les synthèses des rapports sont accessibles librement en ligne.

 Musées régionaux de l’émigration italienne :

Quelques musées régionaux consacrés à l’émigration italienne à l’échelle régionale et proposant des ressources en ligne :

La Trace - CEDEI

 Revues :

Altreitalie
Revue internationale créée en 1989 par le Centro Altreitalie sulle Migrazioni Italiane. Elle est exclusivement consacrée à l’étude des migrations italiennes dans le monde. Une partie des articles est disponible en ligne (mais en accès payant pour les numéros les plus récents).

Archivio Storico dell’Emigrazione Italiana
La revue la plus récente consacrée à l’histoire de l’émigration italienne puisqu’elle est née en 2005. Une partie des articles est consultable en ligne.

Studi emigrazione
Revue publiée par le Centro Studi Emigrazione Roma (CSER) depuis 1964. Le sommaire des différents numéros est accessible sur le site de la revue. Tous les numéros ne sont pas consacrés à l’immigration italienne mais elle y tient une place importante.

La Trace
Revue du CEDEI publiée entre 1988 et 2003. Le sommaire des différents numéros est accessible depuis le site du CEDEI.

Bibliographies et archives :

  • Bibliografia Altreitalie
  • Numéros spéciaux de la revue Studi emigrazione consacrés à des recensions bibliographiques
  • Michele Colucci et Matteo Sanfilippo, Les Archives italiennes pour l’histoire de l’émigration italienne (accessible sur le site de Génériques)
  • Michele Colucci et Matteo Sanfilippo, Guida allo studio dell’emigrazione italiana, Viterbo : Sette città, 2010, 129 p.
  • Mauro Reginato, Patrizia Audenino, Carlo A. Corsini, Paola Corti (ss dir.), Emigrazione piemontese all’estero : rassegna bibliografica, Turin, Regione Piemontese, 1999, 836 p.
Publicités

Revue DiasporasDepuis le début de l’année, j’essaie de proposer une série de billets recensant un certain nombre de ressources concernant l’histoire et les mémoires de l’immigration en France disponibles en ligne ou dans des centres de ressources nationaux ou locaux.

Après avoir signalé un certain nombre de ressources à l’échelle nationale et régionale, après avoir signalé des guides pour la recherche en archives, voici un certain nombre de revues françaises ou francophones qui se consacrent soit complètement soit partiellement à la question des mémoires et de l’histoire de l’immigration.

N’hésitez pas à me signaler des ressources que j’aurais oubliées ! D’autres billets suivront pour enrichir ce recensement.

——————-

 Actes de l’histoire de l’immigration
Dirigée par l’historien Philippe Rygiel, cette revue a existé entre 2000 et 2009 et une large partie des articles sont consultables librement en ligne.

Diasporas
Diasporas aborde, dans le temps long, l’histoire des phénomènes diasporiques, des migrations, des minorités ethniques ou religieuses et des circulations qui s’y rattachent.

Écarts d’identité
Portant comme sous-titre « Mobilité, égalité, interculturalité », la revue Écarts d’identité est née en 1992 au sein d’une association Adate (Grenoble) pour faire suite à une revue appelée Les Autres. Elle se veut un espace où la réflexion et la pratique se nourrissent mutuellement. Elle fait dialoguer, de manière vivante, analyses et témoignages de chercheurs, de praticiens – associatifs et professionnels – et d’acteurs œuvrant pour une interculturalité citoyenne.

Ecarts d'identité

Hommes & migrations
Depuis plus de 40 ans, Hommes & Migrations diffuse des connaissances sur les migrations en France et dans le monde. Pluraliste et pluridisciplinaire, la revue confronte la réflexion des chercheurs à l’expérience des praticiens. Elle publie des dossiers thématiques sur les flux migratoires, les réalités de l’immigration, les politiques publiques, et le dialogue interculturel. Elle est publié par la Cité nationale de l’histoire de l’immigration.

Hommes & Migrations

Migrance
Créée en 1993, Migrance est une revue semestrielle consacrée à l’histoire de l’immigration en France et dans le monde. Grâce aux contributions que lui apportent des auteurs du monde universitaire, culturel, patrimonial et associatif, elle contribue au développement de la connaissance et de la réflexion de l’histoire de l’immigration.

Migrations Société
Créée en 1989, la revue Migrations Société est une publication bimestrielle portant sur l’actualité migratoire et ses implications sur la société. La revue puise son originalité dans un large éventail d’approches interdisciplinaires, dans une totale liberté et dans la pluralité idéologique, sur la base d’un regard international permettant de confronter les expériences des différents pays du monde.

Revue européenne des migrations internationales (REMI)
Lancée en 1985, REMI a pour vocation de publier les travaux de recherche, empiriques et théoriques, des différentes disciplines concernées par les migrations internationales et des relations interethniques.

REMI

Revue Migrations forcées
Revue Migrations Forcées est publiée en anglais, français, arabe et espagnol. Elle est disponible gratuitement en ligne. Elle est publiée par le Centre d’études sur les réfugiés de l’Université d’Oxford.

Un certain nombre des revues citées sont regroupées au sein de Revues-plurielles.org, un portail qui réunit des revues ayant pour trait commun de s’intéresser et de promouvoir l’interculturalité.

Parmi les revues destinées à un grand public, il faut aussi citer Radici, revue bimestrielle d’actualité, langue et culture italienne, qui consacre régulièrement des articles à l’immigration italienne en France

Guide BNFDans mes billets du 19 janvier et du 26 janvier, j’ai commencé à proposer des pistes pour trouver des ressources concernant l’histoire de l’immigration..
Parmi celles-ci, il y a, bien sûr, les archives conservées par les centres d’archives, des centres de documentation et certaines bibliothèques.
Pour les identifier et les localiser, des guides ont été réalisés, notamment par l’association Génériques, mais aussi par certaines institutions dépositaires de fonds importants concernant l’immigration.
Une partie importante des fonds recensés est dans des institutions parisiennes (Bibliothèques nationales de France, Archives nationales, Bibliothèque de Documentation Internationale Contemporaine) mais les guides consacrées à ceux conservés en région permettent d’accéder localement à des archives souvent très riches et malheureusement encore assez peu exploitées. Ces guides sont loin d’être exhaustifs mais ils permettent de se familiariser avec l’organisation des archives.

N’hésitez pas à me signaler tout guide d’archives et tout centre de ressources que j’aurais omis de citer.

Documents imprimés :

Génériques, Les étrangers en France, guide des sources d’archives publiques et privées XIX-XXes siècles, 4 tomes, Génériques-Direction des Archives de France, 1999-2005, 2408 p. (t. 1 à 3) et 883 p. (t. 4).

  • Tome 1 : Ain – Gard, 1999
  • Tome 2 : Haute-Garonne – Oise, 1999
  • Tome 3 : Orne – Val d’Oise, 1999
  • Tome 4 : Archives nationales, 2005

Jean-François Dubost, Les étrangers en France, XVIe siècle-1789 : guide des recherches aux Archives nationales, Paris : Archives nationales, 1993, 315 p.

Claude Collard, Des sources pour l’histoire de l’immigration en France de 1830 à nos jours : guide, Paris, France : Bibliothèque nationale de France, 2006, 427 p.

Documents en ligne :

Mireille Le Van Ho, BDIC , Guide des sources sur l’immigration en France disponibles à la BDIC, 141 p.
La Bibliothèque de Documentation Internationale Contemporaine (BDIC) est une bibliothèque spécialisée localisée à Nanterre qui conserve des fonds d’archives extrêmement riches sur l’histoire européenne du 20e siècle, les relatons internationales, les migrations, les droits de l’Homme, les conflits internationaux, etc.

Génériques, « Guide des archives privées de l’immigration » :

Revue Migrance :

Cette revue publiée par Génériques publie régulièrement des articles et des numéros spéciaux sur les ressources disponibles dans les archives publiques ou privées. La revue est au format papier mais certains articles sont consultables directement en ligne.
Citons, à titre d’exemple, quelques numéros consacrés exclusivement aux archives :

Nos ancêtres n'étaient pas tous des gauloisAprès les événements de ces derniers jours, qui provoquent d’ores et déjà des tensions fortes autour des questions d’immigration, et qui vont certainement favoriser encore les attitudes de stigmatisations des étrangers et des Français d’origine étrangère, il est nécessaire de ne pas baisser les bras et de faire comme si de rien n’était.
Il est notamment nécessaire de continuer la réflexion sur ces questions et de s’appuyer pour cela sur des travaux de recherche en histoire, sociologie, sciences politiques, etc.
L’histoire de l’immigration reste une thématique relativement marginale dans la discipline historique, tout comme l’est son objet d’étude au sein de la société. Mais les travaux réalisés permettent de commencer à avoir aujourd’hui une meilleure connaissance de cette histoire multiple et complexe et de continuer le travail de recherche.
Pour celles et ceux qui veulent en savoir plus sur ces questions, pour celles et ceux qui entament des recherches sur l’histoire de l’immigration, je vais proposer une série de billets qui donnent des pistes pour trouver des ressources dans ce domaine.

———————-

Ce premier billet s’intéressera à quelques sites incontournables qui proposent des informations, des synthèses, des ressources souvent diversifiées. Certains donnent accès à des catalogues permettant de mener des recherches plus approfondies de références sur la question ou de trouver des ressources électroniques directement consultables en ligne.

Génériques
Génériques est une association dédiée à l’histoire et la mémoire de l’immigration. Ses activités sont multiples (recherches, publications, formations, réalisations d’expositions, etc.). Son site propose de nombreuses informations et ressources en ligne.
Il donne, en particulier, accès au portail Odysseo qui permet d’identifier et de localiser les sources sur l’histoire de l’immigration de 1800 à nos jours, conservées dans le réseau des archives et des bibliothèques publiques, dans les médiathèques, cinémathèques, photothèques, musées et chez des personnes physiques ou morales.
Odysseo propose aussi des documents consultables en ligne gratuitement : documents d’archives, affiches, photographies numérisées, documents sonores et audiovisuels, périodiques. Depuis 2013, il fédère également les ressources numériques de partenaires institutionnels et associatifs disposant de description d’archives ou de sources numériques sur l’histoire de l’immigration.

Musée de l’histoire de l’immigration
Le Musée national de l’histoire et des cultures de l’immigration est chargé de constituer une collection représentative de l’histoire, des arts et des cultures de l’immigration.
Le site du Musée de l’histoire de l’immigration offre aussi de nombreuses synthèses thématiques sur l’histoire de l’immigration, des potcasts, des films, de courtes bibliographies, etc.
Le musée héberge la Médiathèque Abdelmalek Sayad spécialisée dans les thématiques de l’histoire, de la mémoire et des cultures de l’immigration en France du XIXe siècle à nos jours. On peut consulter son catalogue en ligne.

CIEMI – Centre d’information et d’études sur les migrations internationales
Le CIEMI est une association ayant pour but de sensibiliser, par la documentation, l’information, l’édition et la formation, aux migrations internationales  comme facteur de transformation et de recomposition du paysage social, culturel et religieux des sociétés nationales. Il fait partie du réseau international des centres d’études scalabriniens (donc liés, à l’origine, à l’immigration italienne).
Le CIEMI dispose d’un Centre de documentation qui propose, en consultation sur place, 20 000 documents et 400 revues spécialisés sur l’histoire migratoire, les flux, les politiques migratoires, les questions de racisme et de discrimination, les conditions sociales des travailleurs immigrés et de leurs familles, l’intégration, les problématiques juridiques, culturelles, démographiques, religieuses liées à l’immigration, etc.
Consulter le catalogue du CIEMI

Musée de l'immigration - Un Français sur quatre est issu de l'immigration

Ressources pour l’Egalité des Chances et l’Intégration (RECI)
Le RECI est un réseau de structures ressources pour les acteurs concernés par l’immigration, l’intégration et les luttes contre les discriminations. Il offre une base de données documentaire de 20 000 références sur ces questions.
Consulter la base documentaire du RECI

Clio, site d’histoire sociale
Clio
est un site créé par des chercheurs de l’ENS et de l’EHESS offrant de nombreuses ressources et bibliographies concernant l’histoire de l’immigration. Ce site n’est plus alimenté depuis janvier 2007. Il ne permet donc pas de trouver des ressources et informations récentes. Mais il peut tout de même être très utile.
Il propose notamment :

Journal officiel des banlieues
Le Journal Officiel des Banlieues s’intéresse aux quartiers populaires qui subissent de plein fouet les effets de la relégation. Il propose une rubrique « Mémoire » qui traite régulièrement de la mémoire et de l’histoire des migrations.

INED : statistiques sur les flux d’immigration
L’INED propose des données statistiques sur les flux migratoires vers la France depuis 1994.

Plusieurs personnes m’ont fait remarquer qu’aucune bibliographie n’accompagne mon livre Lyon à l’italienne : deux siècles de présence italienne dans l’agglomération lyonnaise. Voici donc une sélection d’ouvrages, articles, documents, films, etc., directement en lien avec l’immigration italienne à Lyon, qui m’ont servi pour l’écriture de mon ouvrage. Vous pouvez reproduire librement cette bibliographie, en totalité ou partiellement, à condition d’en mentionner la source et l’auteur.

Italiani in Lione : strenna nazionale, cenni biografici

  Documents

  • Henri Baroin, La main-d’œuvre étrangère dans la région lyonnaise, Lyon, Bosc Fréres, 1935, 235 p.
  • Alexandre Bérard, L’invasion des étrangers et la taxe de séjour  : rapport présenté à la Société d’Economie politique de Lyon le 5 mars 1886, Lyon, Impr. de Mougin-Rusand, 1886, 44 p.
  • Albert Bournet, De la Criminalité en France et en Italie : étude médico-légale, Thèse de médecine, Université de Lyon, Lyon, 1884, 153 p.
  • Angelo Cerrina, Come si celebra la festa dello Statuto a Lione, Lyon, Tip. A. Cerrina, 1905, 32 p.
  • A. Frangini, Italiani in Lione : strenna nazionale, cenni biografici, Lyon, J. Gallet, 1899, 48 p.
  • Alexandre Lacassagne, « De la propagation de la variole par les ouvriers italiens employés dans les chantiers publics », Lyon médical, 1888, vol. 57, no 9, p. 344‑352.
  • Partito comunista d’Italia, Il terzo Congresso del Partito comunista d’Italia (sezione dell’Internazionale comunista), Milano, Feltrinelli, 1966, 30 p. [Le IIIe Congrès du Parti communiste d’Italie s’est déroulé à Lyon en 1926].
  • Raniero Paulucci di Calboli, Larmes et sourires de l’émigration italienne, Paris, Libr. Félix Juven, 1909, 312 p. [plusieurs chapitres évoquent la question de la main d’œuvre enfantine italienne à Lyon].
  • E. Perrod, « Immigrazione e colonie nel distretto consolare di Lione », Emigrazione e colonie. Raccolta di rapporti dei R.R. agenti diplomatici e consoltari, 1903, p. 222‑235.
  • E. Perrod, « I minorenni italiani nelle industrie lionesi », Bolletino dell’emigrazione, 1902, no 9, p. 50‑57.
  • Ernesto Schiaparelli, « Il traffico dei minorenni italiani per le vetrerie estere : seconda inchiesta nelle vetrerie della Loira, di Parigi, Lione e Marsiglia », Opera di assistenza degli operai italiani emigrati in Europa e nel Levante, 1902, vol. 2, no 5-6, p. 14‑22.
  • Ernesto Schiaparelli, « Il traffico dei minorenni italiani per le vetrerie estere : inchiesta nelle vetrerie di Lione e del dipartimento della Loira », Opera di assistenza degli operai italiani emigrati in Europa e nel Levante, 1901, vol. 1, no 3-4, p. 11‑25.
  • Giuseppe Tozzoni, Memorie della colonia italiana in Lione, Lyon, impr. de J.-B. Mosset, 1886, 47 p.
  • Amedeo Ugolini, Renato Mauri, et Cervo, La Gioventù italiana in Francia. Congresso di Villeurbanne, agosto 1938, Paris, Edizioni dell’A.G.I.F, 1938, 48 p.
  • Unione popolare italiana, Unione popolare italiana : congresso di Lione 28-29 marzo 1937, Paris, Unione popolare italiana, 1937, 43 p.
  • Del Sentimento nazionale in Italia. Ragionamento di un Siciliano, Lione, 1846.

Vita di militante

Témoignages

  • Claude Carrez, Ugo Iannucci, des baraques au Barreau : itinéraire d’un fils d’antifasciste italien, Lyon, Aléas, 2010, 366 p.
  • Arturo Colombi, Vita di militante : dalla prima guerra mondiale alla caduta del fascismo, Roma, Editori Riuniti, 1975, 290 p. [Comprend plusieurs chapitres concernant le séjour et l’action militante du communiste italien Arturo Colombi à Lyon].
  • Fogolâr Furlan de Lyon, Blocs di piere e scus di mandulis : Furlans à Lion = Blocs de pierre et coquilles d’amandes : Frioulans à Lyon, 2013, 477 p.
  • Carla Gobetti et Battista Santhià, « Lione era Torino : Conversazione con Battista Santhià », Mezzosecolo: materiali di ricerca storica, 1986 1985, no 6, p. 431‑443.
  • Carla Gobetti et Louise Breysse, « Intervista con Louise Giambone Breysse », Mezzosecolo: materiali di ricerca storica, 1986 1985, no 6, p. 418‑430.
  • Calogero Pace et Carmelo Pace, Droit de mémoire après 50 ans d’émigration de la communauté de Montedoro = Diritto di memoria dopo 50 anni d’emigrazione della comunità di Montedoro, Cercle Franco-Italien ; Peuplement et migrations, 2005, 64 p.
  • Schweitzer S. (dir.), Émigrer à Villeurbanne. Huit parcours d’étrangères et d’étrangers au 20e siècle, Lyon, Université Lyon 2, 2012, 133 p.
  • Jean Ughetto, Ombres et ambres, mes moires…, autoédité, 2004, 475 p.
  • Danilo Vezzio, Franca Potafieff, Albert Del Negro, et Mauro Russo, Di ca e di là di une frontiere, Lyon, Fogolâr Furlan de Lyon, 2009, 185 p.

Baraques

Ouvrages et articles

  • Simonetta Adorni-Braccesi, « Mecenatismo e propaganda religiosa dei mercanti lucchesi tra Ginevra, Lione e l’Italia », Bollettino della Società di studi valdesi, 1995, vol. 102, no 177, p. 27‑52.
  • Jean-Charles Bonnet, « Étude des petits commerçants étrangers dans l’agglomération lyonnaise (1919-1939) à partir du registre du commerce », Bulletin du centre d’histoire économique et sociale de la région lyonnaise, 1975, no 1, p. 1‑40.
  • Jean-Charles Bonnet, « Les Italiens dans l’agglomération lyonnaise à l’aube de la “Belle époque” », Affari sociali internazionali, 1977, no 3-4.
  • Jean-Charles Bonnet, « Notes sur les dossiers de naturalisation des Italiens du Rhône de 1880 à 1915 », Affari sociali internazionali, 1977, no 3-4, p. 225‑236.
  • Paolo Borruso, « La riorganizzazione missionaria per gli emigrati italiani nel sud-est francese negli anni Venti a Trenta », in Missioni cattoliche ed emigrazione italiana in Europa (1922-58), Istituto storico Scalabriniano, 1994, p. 15‑34 [Un chapitre traite de la Mission catholique italienne à Lyon].
  • Giovanna Campani, « Rapport di ricerca sui Sardi residenti nella zona di Lione », Rome, Ministero del Lavoro e Previdenza sociale, 1982.
  • Carlo Cartiglia, Rinaldo Rigola e il sindacalismo riformista in Italia, Milano, Feltrinelli, 1976, 209 p.
  • François Casati-Brochier, « Les Casati et les émeutes de Lyon en 1894 », Rive gauche, , no 135, p. 15‑18.
  • Michel Charret, Anticamente mie o il piacere del ricordo: sulla vita e sull’emigrazione di una famiglia delle valli valdesi e il suo insediamento nella regione di Lione, Pragelato, Casa editrice Parco Naturale Val Troncea, 2006, 176 p.
  • Abel Chatelain, « La formation de la population lyonnaise : l’apport italien (seconde moitié du XIXe siècle, début du XXe siècle) », Géocarrefour, 1952, vol. 27, no 4, p. 317‑325.
  • Olivier Chavanon, « Où sont passés nos Villages nègres ? », Revue européenne des migrations internationales, 1997, vol. 13, no 1, p. 191‑200.
  • Olivier Chavanon, « La topographie oubliée des immigrés en terre française », Hommes & Migrations, 2001, no 1231, p. 92‑102.
  • Chiorino G.P. (dir.), Biografie degli emigrati dalla Valle Elvo e Serra, Occhieppo superiore, Ecomuseo Valle Elvo e Serra, 2005, 384 p.
  • Claude Collin, « Les Italiens dans la MOI et les FTP-MOI à Lyon et à Grenoble », Guerres mondiales et conflits contemporains, 2005, no 218, p. 67‑83.
  • Stéphanie Condon, « Les courants migratoires italiens vers la Guillotière dans la première moitié du 20e siècle », Bulletin du Centre Pierre Léon d’histoire économique et sociale, 1992, vol. 1, p. 5‑12.
  • Claude Delmas, Troubles anti-italiens à Saint-Fons, en 1894, Saint-Fons, auto-édité, 1993, 63 p.
  • Philippe Dufieux, Sculpteurs et architectes à Lyon (1910-1960) : de Tony Garnier à Louis Bertola, Lyon, Mémoire active, 2007, 141 p.
  • Anne-Marie Faidutti-Rudolph, L’immigration italienne dans le sud Est de la France : étude géographique, Gap, Ophrys, 1964, 2 vol., 402 et 226 p. [Un chapitre est consacré à l’immigration italienne à Lyon].
  • Edmond Galasso, Italiens d’hier et d’aujourd’hui : l’histoire d’un peuple d’émigrants, une communauté, une culture, une tradition, Lyon, auto-édité, 1986, 223 p. [Ouvrage tiré d’un mémoire de maîtrise]
  • Roger Gay, « L’INCA, l’international à la “mode transalpine” », Cahier d’histoire sociale Rhône-Alpes, 2006, no 77, p. 6‑9.
  • Vincent Lemire et Stéphanie Samson, Baraques : l’album photographique du dispensaire La Mouche-Gerland, 1929-1936, Lyon, ENS Éditions, 2003, 94 p.
  • Mary Lewis, « Expulsion des étrangers : d’une mesure policière à une mesure administrative, le cas du Rhône, 1919-1939 », Actes de l’histoire de l’immigration, 1998.
  • Mary Lewis, The company of strangers : immigration and citizenship in interwar Lyon and Marseille, PhD, New York University, New York, 2000.
  • Mary Lewis, « Les pratiques d’expulsion dans le Rhône durant la crise », in Le bon grain de l’ivraie : l’Etat-Nation et les populations immigrés (fin XIXe siècle-début XXe siècle), Paris, Aux Lieux d’Être, 2006, p. 152‑163.
  • Pier Giorgio Longo (dir.), Chiesa, cattolici ed emigrazione in Valsesia, Varallo, Società valsesiana di cultura, Istituto per la storia della Resistenza e della società contemporanea in provincia di Vercelli « Cino Moscatelli. », 1992, 210 p.
  • Bernard Meuret, Croix Luizet : quartier de Villeurbanne, Paris, Ed. du CNRS, 1980, 76 p.
  • Gladys Motta (dir.), « Ogni strumento è pane »: l’emigrazione dei valsesiani nell’ottocento, Varallo, Istituto per la storia della Resistenza e della società comtemporanea in provincia di Vercelli « Cino Moscatelli », 1989, 276 p.
  • Jean-Luc de Ochandiano, « L’intégration des immigrés au sein des organisations syndicales : un enjeu central pour les syndicats du bâtiment de la région lyonnaise (1870-1940) », Cahier d’histoire sociale Rhône-Alpes, 2010, no 92, p. 13‑20.
  • Jean-Luc de Ochandiano, Lyon à l’italienne : deux siècles de présence italienne dans l’agglomération lyonnaise, Lyon, Lieux Dits, 2013, 272 p.
  • P. Piras, « Les cousins d’Amérique : à Mamaroneck (NY) comme à Villeurbanne, on pense à Roccasecca », Le Monde alpin et rhodanien, 1989, no 3-4, p. 23‑32.
  • Angela Regis, « Esperienze al margine della guerra : testimonianze di militari valsesiani », L’Impegno, 1995, vol. 15, no 3.
  • Franco Rizzi, « Approche prosographique de l’étude de l’émigration : départ et accueil », in Centre d’études et de documentation sur l’émigration italienne (dir.), L’immigration italienne dans les années 20 : actes du colloque organisé par le CEDEI les 15-16-17 octobre 1987 à Paris, Paris, CEDEI, 1988, p. 143‑161.
  • Christiane Roussé, Saint-Priest, histoire des immigrations italienne et espagnole : 1922-1945, Lyon, Éd. lyonnaises d’art et d’histoire, 1996, 175 p.
  • Sylvie Schweitzer, Rhône-Alpes : étude d’une région et d’une pluralité de parcours migratoires. Rapport final, Lyon, Université Lyon 2-LARHRA, 2008, 2 vol. (241 + 148 p.).
  • Philippe Videlier, « Les Italiens de la région lyonnaise », in Pierre Milza (dir.), Les Italiens en France de 1914 à 1940, Rome, Ecole française de Rome, 1986, p. 663‑691.
  • Philippe Videlier, Destin collectif et itinéraires individuels de deux immigrations : Italiens et Algériens dans la région lyonnaise de la Grande Guerre aux années cinquante., Mission Recherche Expérimentation (MIRE) – Ministère des Affaires sociales et de l’Emploi – Ministère de la Justice, 1988, 286 p.
  • Philippe Videlier, « Des voies de la migration. Italiens et Algériens dans l’espace lyonnais », Le Monde alpin et rhodanien, 1989, no 3-4, p. 9‑21.
  • Philippe Videlier, « L’Eglise des Italiens : une paroisse de la banlieue de Lyon », Diasporas, 2008, no 12, p. 130‑144.
  • L’Italia in esilio : l’emigrazione italiana in Francia tra le due guerre = L’Italie en exil : l’émigration italienne en France entre les deux guerres, s.l, Presidenza del consiglio dei ministri, Dipartimento per l’informazione e l’editoria, 1984, 605 p.

Lyon à l'italienne : deux siècle de présence dans l'agglomération lyonnaise - Jean-Luc de Ochandiano

Thèses et mémoires

  • Manon Assenat, Les enfants d’origine italienne du quartier de Croix-Luizet  à Villeurbanne : familles et parcours scolaires, 1945-1955, Mémoire de Master, Université Lyon 2, 2012, 144 p.
  • Lisa Baiamonte, Italiens à Lyon au XXe siècle : étude de cas : la communauté italienne à Gerland pendant l’entre-deux-guerres, Mémoire de Maîtrise, Université Lyon 2, 1999, 198 p.
  • Caroline Berthod, La mosaïque à Lyon au 19e siècle (1806-1914), Mémoire de maîtrise, Université Lyon 3, 2002, 140 p. + un vol. d’annexes.
  • Frédéric Blanc, Parcours et récits migratoires de familles italiennes, Mémoire de Maîtrise, Université Lyon 2, 1992, 92 p.
  • Catia Bonassin, Les étrangers à Gerland pendant l’entre-deux-guerres : exemple approfondi de la communauté italienne, Mémoire de Maîtrise, Université Lyon 2, 1995, 220 p.
  • Cécile Brun, Des Italiens à Lyon au milieu des années 1920, Mémoire de Master 1, Ecole normale supérieur de Lyon, 2012, 211 p.
  • Giovanna Campani, Les réseaux familiaux, villageois et régionaux des immigrés italiens en France, Thèse de 3e cycle, Université de Nice, 1988.
  • Olivier Chavanon, Chemins de la migration et espaces d’identification (le cas d’un dispositif familial de la province du Frosinone), Mémoire de DEA, Université Lyon 2, 1993, 74 p.
  • Olivier Chavanon, Anthropologie des formes et des fonctions sociales de la mémoire : Approche analytique des souvenirs individuels et collectifs de l’immigration italienne en France, Thèse de doctorat, Université de Perpignan, 1997, 370 p.
  • Stéphanie Condon, The settlement and integration of Italian immigrants in a working-class district of Lyon, PhD, Queen Mary College, 1987, 2 vol. (206,  187 p.).
  • Antonina Cutrona, La terra chiama: analisi di une realtà italiana a Lione, Mémoire de Master 1, Université de Milan, 2009, 31 p.
  • Clément Falda-Buscaiot, Les Italiens à Lyon dans l’entre-deux-guerres : une population sous l’œil de la police, Mémoire de master 1, Université Lyon 2, 2012, 115 p.
  • Frédérique Goy, Les italiens du quartier de La Guillotière pendant l’entre-deux-guerres : un exemple d’intégration, Mémoire de Maîtrise, Université Lyon 3, 1992, 105 p.
  • Julie Moreau, Les Italien-ne-s naturalisé-e-s dans le Rhône entre 1954 et 1970, Mémoire de Maîtrise, Université Lyon 2, 2001, 238 p.
  • Julien Perticaro, La dernière vague d’immigrés italiens dans l’agglomération lyonnaise : 1945-1960, Mémoire de Master, Université Lyon 3, 2004, 115 p.
  • Michel Pironi, La construction sociale de l’identité : étude micro-sociologique d’un réseau d’immigrés italiens, Université Lyon 2, 1986, 365 p.
  • Jean-Charles Rave, L’Italie à Lyon à la fin du XIXe siècle, Mémoire de Maîtrise, Université Lyon 2, 2003, 158 p.
  • Philippe Rigot, Aspects et diversité de la communauté immigrée italienne à La Guillotière, Mémoire de Maîtrise, Université Lyon 2, 1993, 103 p.
  • Roseline Seignobos, Les migrants italiens à la Croix-Rousse, Mémoire de Maîtrise de géographie, Université de Lyon, 1968, 75 p.

Sculpteurs

Films et émissions de radio

  •  Daniel Pelligra, L’Ile orpheline (vacances siciliennes) = l’Isola orfana (vacanze siciliane), Film documentaire, 86 mn, Peuplement et migrations ; Cercle Franco-Italien de Meyzieu, 2005.
  • « Le Village nègre : un non lieu de mémoire ? », 2 épisodes de l’émission Là-bas si j’y suis réalisées à l’initiative d’Olivier Chavanon, France Inter, 15-16/02/1994.

Jean-Luc de Ochandiano, le 20/11/2014.

Pour tous ceux qui s’intéressent à l’histoire du bâtiment et qui veulent en savoir plus sur ce secteur industriel, je vais essayer de proposer régulièrement des bibliographies qui devraient vous permettre de trouver votre bonheur (souvent dans les bibliothèques car beaucoup de ces ouvrages sont épuisés ou n’ont jamais été publiés car ce sont en fait des mémoires de recherche  ou des thèses de doctorat).

Pour commencer, je vous propose une série de références sur le syndicalisme et les luttes ouvrières dans l’industrie du bâtiment.

Alors que de nos jours, l’exploitation des ouvriers règne en maître dans le bâtiment, il fut un temps où les luttes sociales étaient fortes dans ce secteur. Il en reste un certain nombre de témoignages et quelques études historiques. Voici une quarantaine de références à méditer…

Syndicalisme et luttes ouvrières dans le bâtiment en France

  1. Daniel Blume, Recherches sur le syndicalisme ouvrier dans le bâtiment à Paris de 1892 à 1906. Diplôme d’Études Supérieures, Université de la Sorbonne, 1957, 187 p.
  2. C. Christiani et C. Dubois, Les terrassiers en grève dans le département de la Seine, 1890-1914. Mémoire de Maîtrise, Université Paris 7, 1977.
  3. Claude-Annie Defer, La Fédération du Bâtiment C.G.T. au moment du Front populaire (1936-1938). Mémoire de Maîtrise, Université Paris 1, 1971.
  4. Anne Delhom, La scission syndicale dans la Fédération du bâtiment. Mémoire de Maîtrise, Université Paris 7, 1973.
  5. Jean Eglin, Les prises de position des fédérations « construction » CGT et CFTC/CFDT par rapport à l’évolution du bâtiment, 1946-1967 (études des rapports au congrès). Mémoire de Maîtrise, Université Paris 1, 1988, 120 p.
  6. Jean Eglin et Jean-Jacques Peyre, Un grand chantier : de 1934 à nos jours : 60 ans d’histoire de la Fédération de la construction et du bois-CFDT. Ed. de l’Atelier-Ed. ouvrières, 1994, 112 p.
  7. Casey Harison, « An Organization of Labor : Laissez-Faire and Marchandage Through 1848 », French Historical Studies, n°20, 1997, p. 35-50.
  8. Casey Harison, « The Paris building trades and the Commune of 1871 », Proceedings of the annual meeting of the Western society for French history, 1997, p. 325-334.
  9. Casey Harison, « « La Question du Marchandage » : The Political and Legal Struggle against Exploitative Subcontracting in Paris, 1881-1911 », European History Quarterly, n°32, 2002, p. 451-488.
  10. Annie Jeantet, La Fédération du Bâtiment de 1907 à 1914. Mémoire de Maîtrise, CHS, 1968.
  11. Raymond Joran, L’organisation syndicale dans l’industrie du bâtiment. Thèse de droit, Université de Paris, 1914, 240 p.
  12. Jacques Julliard, Clémenceau briseur de grèves : l’affaire Draveil-Villeneuve-Saint-Georges. Paris : R. Julliard, 204 p.
  13. Yves Le Maner, « Le Travailleur du Bâtiment », étude de presse, 1907-1914. Mémoire de Maîtrise, Université Paris 1, 1975.
  14. Yong-Jae Lee, Syndicalisme de métier et syndicalisme d’industrie : mutations et identités des ouvriers du bâtiment dans les années 1880-1914. Thèse de doctorat, Université Paris 1, 1999, 623 p.
  15. Pierre Mazé, Les bâtisseurs : chronique de 150 ans de luttes sociales. Paris : FNTC-CGT 1993, 185 p.
  16. Jean-Luc de Ochandiano, Formes syndicales et luttes sociales dans l’industrie du bâtiment : Lyon 1926-1939. Une identité ouvrière assiégée ?. Mémoire de maîtrise : Université Lyon 2, 1996, 271 p.
  17. Jean-Luc de Ochandiano, « Syndicalisme et défense de l’identité ouvrière dans le bâtiment lyonnais (1920-1939) », Bulletin du Centre Pierre Léon, n°3-4, 1999, p. 63-74.
  18. Richard Price, Masters, unions and men : work control in building and the rise of labour, 1830-1914. Cambridge : Cambridge University Press, 1980, 355 p.
  19. Jean Quellien, « La vie d’une organisation ouvrière bas-normande à la Belle Epoque : le syndicat du Bâtiment de Trouville-Deauville », Annales de Normandie, n°30, 1980, p. 155-187.
  20. Boris Ratel, L’Anarcho-syndicalisme dans le bâtiment en France entre 1919 et 1939 : histoire et identité du mouvement anarcho-syndicaliste dans le cadre professionnel : l’influence et les faiblesses d’une organisation syndicale révolutionnaire adaptée aux spécificités de l’industrie du bâtiment. Mémoire de maîtrise. Université Paris 1, 2000.
  21. David Robin, Le syndicalisme dans le bâtiment en Ille-et-Vilaine de 1918 à 1939. Mémoire de Maîtrise, Université Rennes 2, 1998, 178 p.
  22. Adrien Sarraute, De l’Influence de la grève dans les rapports entre l’entrepreneur de travaux publics et l’administration. Thèse de droit, Université de Paris, 1912, 87 p.
  23. Stéphane Sirot, Grèves des ouvriers du bâtiment à Paris de 1898 à 1913. Mémoire de Maîtrise, Université Paris 7, 1988, 186 p.
  24. Stéphane Sirot, « Les syndicalistes du bâtiment entre les deux guerres : origines et trajectoires », dans La part des militants. Paris: Éditions de l’Atelier, 1996, p. 145-156.
  25. Tetsuhiko Takai, De l’association à l’organisation : le système des affaires du bâtiment et des travaux publics à Paris, 1882-1929. Thèse de doctorat, EHESS, 1999, 354 p.
  26. Florence Touchant, « Le Travailleur du Bâtiment », étude de presse, 1914-1921. Mémoire de Maîtrise, Université Paris 1, 1973.
  27. V. Troestler, Les grèves à Draveil-Vigneux en 1908. Diplôme d’Études Supérieures, Université de Paris.

Syndicalisme et luttes ouvrières dans le bâtiment à l’étranger

  1. André Bösiger, Souvenirs d’un rebelle : 60 ans de luttes d’un libertaire jurassien Saint-Imier : Canevas, 1992, 136 p.
  2. Sylvia Grossman, The radicalization of London building workers, 1890-1914. Thèse de Ph.D., University of Toronto, 1976, 344 p.
  3. Lucien Tronchet, Clovis Pignat qui est-ce ? Lausanne : Ed. du grand-pont, 1971, 78 p.
  4. Lucien Tronchet, Combats pour la dignité ouvrière. Genève: Grounauer, 1979, 195 p.
  5. Auguste Vuattolo, Histoire de la fédération suisse des ouvriers du bâtiment, 3 vols. Lausanne : Fédération Zurich, 195, 1188 p. (les 3 volumes).
  6. Christiane Wist, Des anciens du bâtiment racontent… la vie quotidienne et les luttes syndicales : à Genève 1920-1940. Genève : Collège du travail, 1984, 191 p.

Témoignages

  1. Maurice Bonneff et Léon Bonneff, La Classe ouvrière : les boulangers, les employés de magasin, les terrassiers, les travailleurs du restaurant, les cheminots, pêcheurs bretons, les postiers, les compagnons du bâtiment, les blessés. Paris : Éditions de la « Guerre sociale », 1910, 398 p.
  2. Albert Fau, Maçons au pied du mur : chronique de 30 années d’action syndicale. Fédération nationale des travailleurs de la construction – CGT, 1989, 269 p.
  3. Agricol Perdiguier. Mémoires d’un compagnon. Genève : Duchamp, 1854 et 1855. 2 volumes.

Fictions

  1. Maurice Bonneff, Didier, homme du peuple. Payot : 1914, 300 p.
  2. Henri Poulaille. Le pain quotidien. Paris : Grasset, 1934. 356 p.
  3. Henri Poulaille. Les damnés de la terre. Paris : Grasset, 1935. 472 p.
  4. Roger Tissot, La roulante : chronique d’une grève assassinée. Lyon : BGA Permezel, 1995.
  5. Etienne Davodeau et Kris. Un homme est mort. Paris : Futuropolis, 2006, 62 p. [Bande-dessinée].