Cinéma


L‘association Les Inattendus propose une projection qui promet d’être très intéressante autour du thème :
 .
 Ville : Habitat social et habitat précaire
.;
Deux films seront proposés au cours de cette séance de cinéma qui aura lieu le mercredi 4 février à 19h30, salle des Rancy :
 .

Dix jours dans la ZUP Des Minguettes ou l’Amazonie est de l’autre côté de la rue
de Hélène Châtelain & Stéphane Gatti
France, 1973, Vidéo, 51′
En 1973, la « zone à urbaniser en priorité » des Minguettes était un quartier neuf. Les réalisateurs du film y ont mené une enquête auprès des habitants, les interrogeant sur leur expérience du quartier. Leurs sentiments sont récoltés sur le vif, une multitude de voix disent la diversité de ces sentiments et mettent en évidence les problèmes du quartier, et ce qui pouvait en devenir, mais aussi ce qui allait bien. Un film-document.

Planches, clous, marteaux
de Jérémy Gravayat
France, 2014, 16mm, 12′
« Où l’on construit, détruit, reconstruit, des abris… Sur le chemin d’un film bien plus long, autour de quelques fragments d’une histoire de l’habitat social et précaire à La Courneuve en Seine St Denis, nous enregistrons des récits, consultons des archives, tournons des images, recherchons des lieux, confectionnons un journal, une forme d’Atlas. » (Jérémy Gravayat)

La séance se déroulera en présence de Jérémy Gravayat, réalisateur du second film dont j’avais déjà parlé ici à l’occasion de la sortie de son œuvre précédente, Les hommes debout, et de Lucie Définot, membre du comité éditorial de la revue Z.
.
Entrée: 4€50
Salle des Rancy
249 Rue Vendôme, 69003 Lyon
Métro: Saxe-Gambetta

Anniversaire de ThomasMercredi 12 novembre, à 18h30,
aux Archives municipales de Lyon,
projection du film :

L’anniversaire de Thomas :
Villerupt, ville du fer

Suivi d’un débat organisé par Ciné-Travail avec le réalisateur, Jean-Paul Menichetti, et Jean-Luc de Ochandiano, historien de l’immigration

Le film nous raconte l’histoire des immigrés italiens qui ont quitté leur pays pour s’enfoncer dans les mines et les usines de la Lorraine du Nord.
Cent ans après, les hauts-fourneaux ont cessé d’embraser le ciel jour et nuit. Sont demeurés des hommes sans travail, sans identité. Leurs enfants prolongent leur histoire et et font œuvre de mémoire à travers ce film.

Entrée gratuite.

Voici quelques informations concernant mes prochaines interventions sur l’immigration italienne dans l’agglomération de Lyon :

Lyon à l’italienne  – Histoire et témoignages sur l’immigration italienne à Lyon
Mercredi 19 février 2014, 18h30, Bibliothèque de la Part-Dieu
Depuis deux siècles, des dizaines de milliers d’italiens sont venus dans l’agglomération lyonnaise pour y travailler et nombre d’entre eux s’y sont installés durablement.
Quelles a été l’histoire de cette immigration qui a pris fin au cours des années 1960 ? Comment a-t-elle marqué notre agglomération, notamment certaines communes et quartiers où les Italiens étaient nombreux ? Quelles étaient les relations entre Français et Italiens ? Comment la mémoire de cette immigration peut-elle se transmettre ?
Nous vous proposons d’échanger autour de ces questions, et bien d’autres, à l’occasion de la conférence – table-ronde qui réunira :

  • Ugo Iannucci, avocat et ancien bâtonnier de Lyon, fils de réfugié politique italien,
  • Angelo Campanella, président du COM.IT.ES (Comité des Italiens à l’étranger) de Lyon,
  • Danilo Vezzio, responsable du Fogolâr Furlan (association de Frioulans) de Lyon,
  • Jean-Luc de Ochandiano, historien et auteur de Lyon à l’italienne.

Lyon à l’italienne : deux siècles de présence italienne dans l’agglomération lyonnaise
Mercredi 19 mars 2014, 18h30, Salle du conseil à la Mairie de Caluire-et-Cuire
Conférence organisée par le Comité de Jumelage de Caluire-et-Cuire
Place du Docteur Frédéric Dugoujon, 69300 Caluire-et-Cuire

Lyon à l’italienne : conférence
Vendredi 4 avril, 18h30, Centre Culturel d‘Écully
Conférence organisée à l’occasion du Festival du film italien d’Écully qui se déroulera du 2 au 8 avril

Les Italiens à Lyon… et à Chaponost (19e-20e siècles)
Vendredi 11 avril 2014, 20h, Salle des fêtes de Chaponost
Conférence organisée par le Comité de Jumelage de Chaponost et l’association Histoire et Patrimoine de Chaponost
9 boulevard des Fleurs, 69630 Chaponost

Exposition « Lyon, l’italienne »
Mardi 15 avril –  Vendredi 20 décembre 2014 (date d’inauguration officielle à préciser)
Archives municipales de Lyon – 1 place des Archives, 69002 Lyon – 04 78 92 32 50 (Métro Perrache)
Un important programme culturel (conférences, journées d’études, spectacles, concerts, projections de films, visites guidées, ateliers) accompagnera cette exposition consacrée à l’immigration italienne dans l’agglomération de Lyon. Un programme sera disponible à la fin du mois de mars

Les Italiens de Lyon face à l’assassinat de Sadi Carnot en 1894
Lundi 19 mai 2014, 18h15, Archives municipales de Lyon

Conférence organisée par la Société d’histoire de Lyon
1 place des Archives, 69002 Lyon – 04 78 92 32 50 (Métro Perrache)

Plâtriers et mouleurs en plâtre italiens à Lyon : des compétences nouvelles pour un matériau nouveau
Mardi 17 juin 2014, Archives municipales de Lyon (heure à préciser)
Communication réalisée dans le cadre de la Journée d’étude, « Les Italiens dans l’ornementation à Lyon au 19e siècle » (programme définitif à venir)

Le 29 novembre à 20h, l’association Ciné-Travail propose de découvrir le film Tu seras manuel, mon gars de Catherine Pozzo Di Borgo. Cette documentariste s’est souvent penchée sur le monde du travail et le monde ouvrier.

Les jeunes en échec scolaire sont souvent envoyés dans des lycées professionnels pour leur enseigner les bases d’un métier. Beaucoup, toutefois, ne souhaitent pas faire des travaux manuels et tous savent qu’en dépit des savoir-faire qu’ils acquièrent, leurs chances de trouver un travail stable et bien rémunéré sont de plus en plus limitées. En conséquence, ils sont souvent démotivés et sans illusion sur leur avenir. Le film suit quelques jeunes tout au long d’une année scolaire et pose des questions de fond sur le rôle des lycées professionnels aujourd’hui.

La projection aura lieu  à la MJC du Vieux Lyon (salle Léo Ferré)
Entrée libre – durée du film : 52 mn

Dans le cadre du Mois du film documentaire, la médiathèque du Bachut passe un documentaire de Raphaël Pillosio, Histoires du carnet anthropométrique (2012, 1h10) le samedi 17 novembre à 15h (projection suivie d’une rencontre avec le réalisateur).

En 1912, la République française imposa le port d’un Carnet anthropométrique d’identité aux «Nomades». Il a été remplacé en 1969 par le Carnet de circulation, véritable «visa intérieur», qui est toujours en vigueur aujourd’hui. En 2012, à travers la restitution à des familles de Voyageurs, de photographies contenues dans ces carnets, le film interroge la permanence de cette exception juridique française et propose de réfléchir à la situation passée et actuelle des «Gens du Voyage».

Ce film peut aussi intéresser ceux qui se penchent sur l’histoire de l’immigration car une partie des techniques de contrôle qui ont été mises en place pour les nomades se sont ensuite imposées pour les nombreux immigrants qui sont venus en France pendant tout le 20e siècle. Le carnet anthropométrique s’inscrit en fait dans de nouvelles formes d’identification des individus qui se mettent en place à partir de la fin du 19e siècle dans les États-nations européens et qui ont profondément transformé les rapport de l’État aux individus. C’est pourquoi ce film est particulièrement intéressant, au-delà même du traitement particulier que notre démocratie a réservé depuis un siècle aux « gens du voyage ».

Pour ceux que la question intéresse, plusieurs ouvrages passionnants ont été publiés sur la question. Voici quelques titres :

  • Gérard Noiriel, L’identification : genèse d’un travail d’État,  Belin, 2007, 272 p.
  • Fichés ? : photographie et identification 1850-1960, Perrin, 2011, 335 p.
  • Ilsen About, Vincent Denis, Histoire de l’identification des personnes, La Découverte, 2010, 125 p.

Vidéos des InattendusLes Inattendus ont animé, pendant plusieurs mois, des ateliers audiovisuels avec des habitants du quartier de Gerland sur les évolutions et mutations de leur quartier. De ce travail sont nés une série des courts-métrages vidéos que les Inattendus nous proposent de voir au cours de  deux séances qui auront lieu :

  • le mercredi 2 novembre 2011 à 19h00 au Centre Social de Gerland, Espace Chantiers. Entrée libre
  • le jeudi 3 novembre 2011 à 20h00 au Musée Gadagne. Entrée libre – réservation conseillée au 04.37.23.60.4

Les films qui seront projetés sont :

CARTERET, LA FACE CACHEE DE GERLAND de Jean-Paul Vilain
France – 2011 – 25mn – Vidéo
Le foyer Carteret à travers la parole de ses habitants et des animateurs du centre.

CORDES SENSIBLES de Florence Malatray
France – 2011 – 13mn – Vidéo
Le passé industriel de Gerland à travers un récit sur le travail à l’usine et l’observation des lieux aujourd’hui.

ENFANCES d’Abderazzag Azzouz
France – 2011 – 20mn – Vidéo
Le temps de l’enfance, entre hier et aujourd’hui.

LE SILENCE ENTRE LES POUSSES DE RIZ d’Anne Petiot
France – 2011 – 16mn – Vidéo
Qu’est-ce qu’être étranger? Rencontre avec un prêtre vietnamien expulsé du Vietnam après six ans de travaux forcés.

espace-chantiers_potdeterre_lesinattendus POT DE TERRE CONTRE POT DE FER de Sihame Bengoua
France – 2011 – 18mn – Vidéo
Parcours de migration à travers le portrait d’hommes chibanis à la retraite.

SKATE PARK de Lucie Dussauge
France – 2011 – 10mn – Vidéo
Une journée au skate park de Gerland : exploration des usages et des figures d’un lieu.

Consultez la page du site des Inattendus consacré à cet événement pour en savoir plus.

Construction du Palais du Travail  - VilleurbanneAprès un certain nombre de semaines de silence, je reprends le clavier pour donner quelques nouvelles. Dans les billets qui suivront, je parlerai un peu de mes recherches sur les migrations et l’immigration, mais commençons par signaler quelques initiatives à venir dans la région lyonnaise qui me paraissent intéressantes.

– – – – – – – – – – – – – – – –

>>> Tout d’abord une exposition qui a déjà débuté depuis quelques temps à la bibliothèque municipale de la Part-Dieu et qui va durer jusqu’au 31 décembre 2011 :

Des imprimés et des hommes : 150 ans d’archives du Syndicat du Livre de Lyon

L’exposition s’accompagne de différents initiatives, notamment une conférence, Cent cinquante ans du Syndicat du Livre, héritage et rupture…,  aux Archives municipales de Lyon, mardi 18 octobre 2011 à 18 h 15, avec Claire Bonici et David Chanudet

Pour en savoir plus, consultez la présentation de l’exposition sur le site de la bibliothèque municipale de Lyon et la page que consacre les archives municipales au syndicat lyonnais des travailleurs du livre.

– – – – – – – – – – – – – – – –

>>> Le Rize de Villeurbanne continue son travail de recherche sur l’histoire et la mémoire (politique, sociale, syndicale, ouvrière, etc.) de cette ville et propose une exposition :

Le palais du Travail

Cette exposition aura lieu du du 20 octobre 2011 au 25 février 2012. Le vernissage, ouvert à tous, aura lieu le jeudi 20 octobre à 18h30.

Le Palais du travail est le premier élément du vaste ensemble urbain que constitue aujourd’hui le quartier des Gratte-Ciel à Villeurbanne. Créé à l’initiative de Lazare Goujon, maire socialiste de Villeurbanne de 1924 à 1935, le Palais du travail s’inscrit dès son origine dans un ambitieux projet politique « hygiéniste », soucieux de l’amélioration des conditions de vie des travailleurs.
Comme un fondu-enchaîné, l’histoire du Palais du travail s’est effacée des mémoires au profit de celle des Gratte-ciel et du Théâtre national populaire. Le projet politique de Lazare Goujon mérite d’être sorti de l’oubli et remis en lumière. Il s’agit aussi de montrer comment la population villeurbannaise s’est appropriée, au sein du Palais du travail, les différentes activités, les services – tels le dispensaire – et les lieux de réunion et d’organisation des solidarités ouvrières. La période est un moment-clé du développement des « municipalités-providence » (expression de Renaud Payre) qui prennent en charge, à Villeurbanne comme dans les autres villes des banlieues populaires en France et en Europe, l’amélioration des conditions de vie et l’éducation des populations ouvrières.
L’exposition a été pilotée par l’historienne Michelle Zancarini-Fournel, avec l’aide de Jean-Luc Pinol et de Boris de Rogalski-Landrot, tous membres du LARHRA (Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes).

Pour en savoir plus sur cette exposition consultez cette page du site du Rize.

– – – – – – – – – – – – – – – –

>>> La médiathèque du Bachut organise, le 21 octobre 2011 de 18h30 à 20h30, une rencontre avec Guiseppe Mungo autour de son livre, publié chez L’Harmattan :

On a fait de nous des immigrés

Il y raconte l’histoire de ce petit garçon qui a quitté le sud de l’Italie avec sa mère, son frère et sa sœur afin de rejoindre son père qui les a quitté quelques mois plus tôt pour travailler au Creusot… : « Si un jour je devais crier au monde ma révolte, ce n’est pas dans mon pays d’accueil que je le ferais, c’est sur ma terre natale que je viendrais non pas avec des pierres mais avec des mots dénoncer ces hommes, eux qui se sont embourgeoisés, nous laissant partir dans une totale indifférence… ».

La rencontre sera suivie de la projection du film  de Jean-Pierre Vedel : La vie rêvée des italiens du Gers.

Pour en savoir plus, consultez la page consacrée à l’événement.

Page suivante »