Luttes ouvrières


L’association Mémoire Rhône-Alpes organise, sous la direction de Claude Pennetier, directeur du Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier et du mouvement social, la table ronde

« Mémoire(S) du mouvement ouvrier à Villeurbanne »

Elle aura lieu mercredi 4 mars de 14 à 17 heures au Rize à Villeurbanne (23, rue Valentin Haüy) :

  • Claude Pennetier : Ouvriers et militants du mouvement ouvrier de Villeurbanne
  • François Ménétrier : 1909-1939: aperçu des premières années du syndicalisme des personnels communaux de Villeurbanne
  • Alain Bujard : Villeurbanne: la solidarité ouvrière et les Brigades internationales à l’heure de la guerre d’Espagne
  • Nathalie Viet-Depaule : La solidarité ouvrière et les prêtres ouvriers villeurbannais.

Pour en savoir plus

Maitron - Dictionnaire biographique que mouvement ouvrier

Publicités

Anniversaire de ThomasMercredi 12 novembre, à 18h30,
aux Archives municipales de Lyon,
projection du film :

L’anniversaire de Thomas :
Villerupt, ville du fer

Suivi d’un débat organisé par Ciné-Travail avec le réalisateur, Jean-Paul Menichetti, et Jean-Luc de Ochandiano, historien de l’immigration

Le film nous raconte l’histoire des immigrés italiens qui ont quitté leur pays pour s’enfoncer dans les mines et les usines de la Lorraine du Nord.
Cent ans après, les hauts-fourneaux ont cessé d’embraser le ciel jour et nuit. Sont demeurés des hommes sans travail, sans identité. Leurs enfants prolongent leur histoire et et font œuvre de mémoire à travers ce film.

Entrée gratuite.

Madeleine et François AlloisioIl y a presque une vingtaine d’années, je rencontrai pour la première fois François et Madeleine Alloisio. François est un ancien menuisier, militant important du secteur du bâtiment dans les années 1950-80. Il a connu les anciens syndicalistes ouvriers du bâtiment de l’entre-deux-guerres et c’est à ce titre que je l’avais interviewé à l’époque. Mais nous avions déjà parlé de son parcours d’immigré italien, du quartier de la Gare, à Saint-Priest, où il a passé la plus grande partie de son enfance et où vivait aussi Madeleine Bobbio qui est devenue ensuite son épouse.

Depuis, nous nous sommes rencontrés à plusieurs reprises et, il y a quelques mois, nous avons repris notre dialogue, devant une caméra, avec l’aide de Charles Ramain, responsable de l’Institut d’histoire CGT du Rhône, et celle de Damien Prévost qui anime la rubrique italienne du site web La Clé des Langues et qui, pour cette occasion, tenait la caméra.

Consultez la vidéo sur La Clé des Langues

Vous pourrez ainsi découvrir deux figures ouvrières italiennes et lyonnaises de l’après-guerre liées au Parti communiste. François Alloisio, membre actif de l’INCA (Istituto Nazionale Confederale di Assistenza) s’est battu pour la défense des droits des travailleurs immigrés et particulièrement des  Italiens. Madeleine Alloisio, membre active de la CGT à Lyon, a aussi eu un fort engagement politique dans la commune de Saint-Priest. Tous deux nous parlent de la lutte syndicale, de l’antifascisme, de leurs victoires et du temps de la dernière grande vague d’immigration italienne.

Samedi 9 décembre à 18h, la Librairie La Gryffe propose une rencontre-débat avec Christian Corouge qui a publié Résister à la chaîne, dialogue entre un ouvrier de Peugeot et un sociologue, et Marcel Durand qui a publié Grain de sable sous le capot : résistance & contre-culture ouvrière : les chaînes de montage de Peugeot (1972-2003). Les deux ouvrages sont parus aux éditions Agone.

Les deux auteurs ont travaillé à la chaîne chez Peugeot et ont eu un engagement syndical. Ils témoignent, dans leurs livres, de la condition ouvrière et des formes possibles de résistances dans le travail.

Librairie La Gryffe : 5 rue Sébastien Gryffe, Lyon 7e – Métro Saxe-Gambetta

Construction du Palais du Travail  - VilleurbanneAprès un certain nombre de semaines de silence, je reprends le clavier pour donner quelques nouvelles. Dans les billets qui suivront, je parlerai un peu de mes recherches sur les migrations et l’immigration, mais commençons par signaler quelques initiatives à venir dans la région lyonnaise qui me paraissent intéressantes.

– – – – – – – – – – – – – – – –

>>> Tout d’abord une exposition qui a déjà débuté depuis quelques temps à la bibliothèque municipale de la Part-Dieu et qui va durer jusqu’au 31 décembre 2011 :

Des imprimés et des hommes : 150 ans d’archives du Syndicat du Livre de Lyon

L’exposition s’accompagne de différents initiatives, notamment une conférence, Cent cinquante ans du Syndicat du Livre, héritage et rupture…,  aux Archives municipales de Lyon, mardi 18 octobre 2011 à 18 h 15, avec Claire Bonici et David Chanudet

Pour en savoir plus, consultez la présentation de l’exposition sur le site de la bibliothèque municipale de Lyon et la page que consacre les archives municipales au syndicat lyonnais des travailleurs du livre.

– – – – – – – – – – – – – – – –

>>> Le Rize de Villeurbanne continue son travail de recherche sur l’histoire et la mémoire (politique, sociale, syndicale, ouvrière, etc.) de cette ville et propose une exposition :

Le palais du Travail

Cette exposition aura lieu du du 20 octobre 2011 au 25 février 2012. Le vernissage, ouvert à tous, aura lieu le jeudi 20 octobre à 18h30.

Le Palais du travail est le premier élément du vaste ensemble urbain que constitue aujourd’hui le quartier des Gratte-Ciel à Villeurbanne. Créé à l’initiative de Lazare Goujon, maire socialiste de Villeurbanne de 1924 à 1935, le Palais du travail s’inscrit dès son origine dans un ambitieux projet politique « hygiéniste », soucieux de l’amélioration des conditions de vie des travailleurs.
Comme un fondu-enchaîné, l’histoire du Palais du travail s’est effacée des mémoires au profit de celle des Gratte-ciel et du Théâtre national populaire. Le projet politique de Lazare Goujon mérite d’être sorti de l’oubli et remis en lumière. Il s’agit aussi de montrer comment la population villeurbannaise s’est appropriée, au sein du Palais du travail, les différentes activités, les services – tels le dispensaire – et les lieux de réunion et d’organisation des solidarités ouvrières. La période est un moment-clé du développement des « municipalités-providence » (expression de Renaud Payre) qui prennent en charge, à Villeurbanne comme dans les autres villes des banlieues populaires en France et en Europe, l’amélioration des conditions de vie et l’éducation des populations ouvrières.
L’exposition a été pilotée par l’historienne Michelle Zancarini-Fournel, avec l’aide de Jean-Luc Pinol et de Boris de Rogalski-Landrot, tous membres du LARHRA (Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes).

Pour en savoir plus sur cette exposition consultez cette page du site du Rize.

– – – – – – – – – – – – – – – –

>>> La médiathèque du Bachut organise, le 21 octobre 2011 de 18h30 à 20h30, une rencontre avec Guiseppe Mungo autour de son livre, publié chez L’Harmattan :

On a fait de nous des immigrés

Il y raconte l’histoire de ce petit garçon qui a quitté le sud de l’Italie avec sa mère, son frère et sa sœur afin de rejoindre son père qui les a quitté quelques mois plus tôt pour travailler au Creusot… : « Si un jour je devais crier au monde ma révolte, ce n’est pas dans mon pays d’accueil que je le ferais, c’est sur ma terre natale que je viendrais non pas avec des pierres mais avec des mots dénoncer ces hommes, eux qui se sont embourgeoisés, nous laissant partir dans une totale indifférence… ».

La rencontre sera suivie de la projection du film  de Jean-Pierre Vedel : La vie rêvée des italiens du Gers.

Pour en savoir plus, consultez la page consacrée à l’événement.

Remue-menageÀ Paris en mars 2002, des femmes de chambre employées par la société Arcade pour travailler dans les hôtels Accor, se mettent en grève. Leurs revendications principales : la baisse des cadences de travail et le paiement de toutes les heures travaillées. La plupart des grévistes sont des mères de famille d’origine africaine qui vont pour la première fois lutter pour leurs droits…
Remue ménage dans la sous-traitance, documentaire de 70 mn piloté par Ivora Cusack, nous permet de découvrir les conditions de travail de femmes précarisées, employées par des sociétés sous-traitantes, et dont le travail est à la fois bien connu, et en même temps, invisible.
Ce documentaire a été réalisé par un collectif de cinéastes. Il permet de s’interroger à la fois sur la manière dont le cinéma peut construire un point de vue spécifique pour rende compte d’une réalité sociale, et sur le travail du cinéaste qui tend,  lui aussi, à se précariser.

La projection aura lieu au CCO de Villeurbanne (39 rue Georges Courteline) le 30 avril à 19h00
Elle sera suivie d’un débat avec le collectif « 360° et même plus », Guy Lefrêne (syndicaliste du groupe ACCOR) et Sophie Beroud, sociologue, co-auteur avec Paul Bouffartigue de Quand le travail se précarise, quelles résistances collectives ? (La Dispute, 2009).

Soirée organisée par Grand Ensemble en partenariat avec Ciné-Travail.

Michel Pialoux & Stéphane Beaud - Retour sur la condition ouvrièreParallèlement à l’exposition « Villeurbanne, la laborieuse ? », le Rize propose, le jeudi 24 mars à 19h, une conférence-débat de Stéphane Beaud et Michel Pialoux intitulée N’ayons pas peur du mot « ouvrier ».  Les deux intervenants sont les co-auteurs de Retour sur la condition ouvrière. Au moment où de nombreuses usines disparaissent et que le « monde ouvrier » ne semble plus présent dans l’espace public, quelles réalités ce terme recouvre-t-il aujourd’hui ? Quelles sont les représentations associées à ce mot ?

Sociologues spécialistes du monde ouvrier, Stéphane Beaud et Michel Pialoux sont les auteurs d’une enquête au long cours (1990-2000) dans les usines Peugeot de Sochaux-Montbéliard. Ils s’interrogent sur les raisons de la disparition des ouvriers du paysage social, alors même qu’ils représentent encore l’une des principales composantes de la population active en France. Pour mémoire, Stéphane Beaud est aussi le co-auteur d’un livre passionnant, Pays de malheur, qui est né des échanges de courriers électroniques qu’il a eu pendant plusieurs mois, avec Younes Amrani, un jeune d’origine maghrébine vivant dans la banlieue lyonnaise.

Page suivante »