Exposition


Exposition Lyon l'ItalienneL’exposition Lyon l’italienne vient de fermer ses portes aujourd’hui.

Merci aux milliers de personnes qui se sont déplacées pour venir la voir.
Merci aussi à tous ceux qui ont contribué à son succès en se mobilisant autour de ce projet.
Merci en particulier à Anne-Catherine Marin, directrice des Archives municipales de Lyon, pour m’avoir offert la possibilité de montrer l’histoire des dizaines de milliers d’Italiens qui ont rejoint l’agglomération de Lyon depuis le 19e siècle.

Pour ceux qui n’ont pas pu venir aux Archives municipales de Lyon et découvrir les nombreux documents et objets exposés, ou qui veulent se replonger dans cette histoire, il est possible :

Livret de l'exposition "Lyon l'italienne"

  • de suivre en ligne la conférence que j’ai faite à l’université Jean Moulin Lyon 3 le 18 novembre 2013.

Lyon à l'italienne : deux siècle de présence dans l'agglomération lyonnaise - Jean-Luc de Ochandiano

invitation1L’exposition Lyon l’italienne qui se déroule aux Archives municipales de Lyon se termine le samedi 20 décembre.
Il ne vous reste donc plus qu’une dizaine de jours pour aller la voir avant sa fermeture définitive.

D’ici là, deux initiatives (les dernières) auront lieu autour de l’exposition :

♦ Le mardi 16 décembre à 19h, Concert de chansons autour de l’immigration italienne par la chorale Les mauvaises pentes.

♦ Le jeudi 18 décembre à 19h, Concert de chansons italiennes par la chorale La Tarentelle-St-Cyrote.
Le concert sera accompagné d’une intervention de Jean Guichard, ancien professeur d’italien à l’Université Lyon 2, fondateur de l’association Italie Nord-Isère et spécialiste de la chanson transalpine.

L’inauguration de l’exposition Lyon l’italienne aura lieu le mardi 15 avril à 18h30 aux Archives municipales de Lyon (1 place des Archives 69002 Lyon).

Vous y êtes tous et toutes invités.

invitation1

invitation2

En savoir plus sur l’exposition et le programme qui l’accompagne

 

Voici quelques informations concernant mes prochaines interventions sur l’immigration italienne dans l’agglomération de Lyon :

Lyon à l’italienne  – Histoire et témoignages sur l’immigration italienne à Lyon
Mercredi 19 février 2014, 18h30, Bibliothèque de la Part-Dieu
Depuis deux siècles, des dizaines de milliers d’italiens sont venus dans l’agglomération lyonnaise pour y travailler et nombre d’entre eux s’y sont installés durablement.
Quelles a été l’histoire de cette immigration qui a pris fin au cours des années 1960 ? Comment a-t-elle marqué notre agglomération, notamment certaines communes et quartiers où les Italiens étaient nombreux ? Quelles étaient les relations entre Français et Italiens ? Comment la mémoire de cette immigration peut-elle se transmettre ?
Nous vous proposons d’échanger autour de ces questions, et bien d’autres, à l’occasion de la conférence – table-ronde qui réunira :

  • Ugo Iannucci, avocat et ancien bâtonnier de Lyon, fils de réfugié politique italien,
  • Angelo Campanella, président du COM.IT.ES (Comité des Italiens à l’étranger) de Lyon,
  • Danilo Vezzio, responsable du Fogolâr Furlan (association de Frioulans) de Lyon,
  • Jean-Luc de Ochandiano, historien et auteur de Lyon à l’italienne.

Lyon à l’italienne : deux siècles de présence italienne dans l’agglomération lyonnaise
Mercredi 19 mars 2014, 18h30, Salle du conseil à la Mairie de Caluire-et-Cuire
Conférence organisée par le Comité de Jumelage de Caluire-et-Cuire
Place du Docteur Frédéric Dugoujon, 69300 Caluire-et-Cuire

Lyon à l’italienne : conférence
Vendredi 4 avril, 18h30, Centre Culturel d‘Écully
Conférence organisée à l’occasion du Festival du film italien d’Écully qui se déroulera du 2 au 8 avril

Les Italiens à Lyon… et à Chaponost (19e-20e siècles)
Vendredi 11 avril 2014, 20h, Salle des fêtes de Chaponost
Conférence organisée par le Comité de Jumelage de Chaponost et l’association Histoire et Patrimoine de Chaponost
9 boulevard des Fleurs, 69630 Chaponost

Exposition « Lyon, l’italienne »
Mardi 15 avril –  Vendredi 20 décembre 2014 (date d’inauguration officielle à préciser)
Archives municipales de Lyon – 1 place des Archives, 69002 Lyon – 04 78 92 32 50 (Métro Perrache)
Un important programme culturel (conférences, journées d’études, spectacles, concerts, projections de films, visites guidées, ateliers) accompagnera cette exposition consacrée à l’immigration italienne dans l’agglomération de Lyon. Un programme sera disponible à la fin du mois de mars

Les Italiens de Lyon face à l’assassinat de Sadi Carnot en 1894
Lundi 19 mai 2014, 18h15, Archives municipales de Lyon

Conférence organisée par la Société d’histoire de Lyon
1 place des Archives, 69002 Lyon – 04 78 92 32 50 (Métro Perrache)

Plâtriers et mouleurs en plâtre italiens à Lyon : des compétences nouvelles pour un matériau nouveau
Mardi 17 juin 2014, Archives municipales de Lyon (heure à préciser)
Communication réalisée dans le cadre de la Journée d’étude, « Les Italiens dans l’ornementation à Lyon au 19e siècle » (programme définitif à venir)

cercle !Jusqu’au 31 janvier, vous pouvez voir, aux Archives municipales de Lyon, une exposition-installation, Cercle !, inspirée par la mémoire du déplacement des populations d’Asie Mineure, suite à la guerre gréco-turque (1919-1922). Ce conflit entre les deux nations, et la politique d’homogénéisation qui l’a accompagné, ont poussé de nombreux réfugiés sur les chemins de l’exil et jusque dans la région lyonnaise. De nombreuses familles grecques sont venues travailler dans les usines Grammont, à Pont-de-Chéruy-Charvieu, mais aussi à Lyon où l’on retrouve de nombreux exilés grecs autour de la place du Pont pendant l’entre-deux-guerres.

L’exposition, qui articule différents types d’expression artistique, renouvelle la collaboration entre les Archives et la Compagnie Anou Skan et inaugure une nouvelle programmation culturelle dédiée aux mémoires au pluriel. Elle s’accompagne d’un spectacle, qui aura lieu le 30 janvier 2014 à 20h, et de conférences.

Pour en savoir plus, consultez le site des Archives municipales de Lyon.

Le Rize de Villeurbanne continue courageusement d’explorer le territoire de sa commune d’implantation. Il l’a fait par le biais de conférences, de colloques, en finançant des recherches universitaires. Il utilise maintenant les ressources des nouvelles technologies en créant un Webdocumentaire consacré au quartier de Saint-Jean : http://vudesaintjean.villeurbanne.fr

« Saint-Jean, le plus petit quartier de Villeurbanne, a d’abord été une étendue de terres cultivées, mais inondables, longtemps ballottées entre des bras fluviaux instables. À la fin du 19e siècle, la construction d’une digue « insubmersible » (actuellement le périphérique Laurent-Bonnevay) et l’inauguration du canal de Jonage viennent dessiner une double frontière qui sépare le quartier du reste de la ville, alors qu’un bras du fleuve (anciennement l’île du Mens) qui marquait la limite avec Vaulx-en-Velin disparaît. La maîtrise des débordements du Rhône à partir des années 1950 va permettre une urbanisation du quartier qui se fera de manière composite, mêlant grands ensembles de logements sociaux, pavillons individuels, jardins ouvriers, entreprises et terrains de sport.
Saint-Jean est désormais un quartier de Villeurbanne où habitants et institutions doivent composer avec cet héritage, qui le fait ressembler à un village, à l’extrémité de la ville mais au cœur de l’agglomération. Ce territoire est aujourd’hui traversé de nombreux enjeux : projets de développement urbain, difficulté de développer des services publics à l’échelle des besoins (éducation, transports publics et emploi), accompagnement des habitants touchés par les difficultés économiques, accueil de nouveaux arrivants ».

De nombreuses initiatives vont accompagner cette exploration du territoire de Saint-Jean et cette saisie de la parole de certains de ses habitants. Pour en savoir plus, consultez le site du Rize.

Exposition de photographies de Benjamin Vanderlick à la bibliothèque du 7e, du 16 octobre au 3 novembre.

Depuis une dizaine d’années, la partie nord du 7e arrondissement de Lyon est le théâtre d’une importante installation de nouveaux commerces exotiques : magasins d’alimentation africaines et antillaises, boutiques de coiffure et tresses, de poses d’ongles et les bars-restaurants se multiplient. Ces échoppes sont destinées principalement à un public de migrants d’Afrique subsaharienne arrivés sur l’agglomération dans les années 1990-2000.
Benjamin Vanderlick a fréquenté pendant plusieurs mois ces restaurants-bars africains du quartier cosmopolite de la Guillotière à Lyon. Ces lieux sont la transposition en Europe de ce qui est notamment dénommé sur le continent africain « maquis » (en Afrique de l’Ouest), circuit, cabaret, nganda. Ils constituent des lieux de divertissement et de sociabilité communautaire et jouent un rôle incontournable pour nombre d’immigrés dans leur parcours d’intégration sur l’agglomération.
De ce long travail ethnologique et photographique, il a tiré un livre très intéressant, Migrants africains à Lyon. Travail et maquis publié par Africultures, puis cette exposition.
Des rencontres, conférences et projections de films accompagneront l’expo. Pour en savoir plus, consultez le Topo d’octobre-novembre 2012.

Bibliothèque du 7e arrondissement
2 rue Domer – 69007 Lyon
Tél. : 04 78 96 48 30
Mardi 16, jeudi 25 et mardi 30 octobre à 18h00 : visite commentée de l’exposition
Pour en savoir plus sur le travail de Benjamin Vanderlick.

Page suivante »